rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Hongrie Viktor Orban

Publié le • Modifié le

Hongrie: des dizaines de milliers de personnes défilent contre Orban

media
Les Hongrois se sont réunis samedi dans les rues de Budapest pour exprimer leur ressentiment après la facile réélection du président Viktor Orban. REUTERS/Bernadett Szabo

Plus de 100 000 personnes ont manifesté, samedi 14 avril, à Budapest et dans plusieurs villes de Hongrie, à l’appel d’un collectif étudiant, six jours après des élections législatives synonymes de victoire pour Viktor Orban, le Premier ministre résolument anti-immigration. Un résultat que n'acceptent pas ces manifestants qui demandent notamment un nouveau comptage des bulletins et de nouvelles élections.


Avec notre correspondante à Budapest,  Florence La Bruyère

« Nous sommes la majorité », « On veut de nouvelles élections », crie la foule. Szilvi a 29 ans, elle est étudiante. Elle est très déçue du résultat des élections et pense que le parti de Viktor Orban a triché. « Ils nous ont bernés, ils ont falsifié les résultats. On n’est absolument pas d’accord avec tout ça. J’espère qu’il y a des gens intelligents qui vont trouver une solution, dans le cadre de la loi », dit-elle.

L’opposition a découvert de nombreuses irrégularités dans le scrutin. Elle a jusqu’à mardi prochain pour porter plainte. Mais cela ne changera pas le résultat des élections, selon Balazs, un informaticien de 29 ans. Il est découragé. Pour lui, c’est un peu la manifestation de la dernière chance : « Le soir des élections, j’ai dit à ma fiancée [que] s’ils ont à nouveau la majorité des deux tiers, on quitte le pays. Ce gouvernement manipule les gens, il laisse les hôpitaux et l’éducation se dégrader. Je ne vois pas comment on pourrait élever nos enfants dans ces conditions. »

Les manifestants craignent les intimidations du régime

« On a un dictateur à vendre », clame une pancarte. L’humour est un remède à la dépression après cette élection dont beaucoup de Budapestois pensent qu’elle a été confisquée.

Les manifestants ont demandé notamment un nouveau comptage des voix du scrutin des législatives. REUTERS/Bernadett Szabo

Des manifestants qui s’inquiètent aussi de la volonté du régime d’intimider tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Cette semaine un média proche d’Orban a publié une liste de 200 intellectuels, professeurs et défenseurs des droits de l’homme, présentés comme des ennemis du pays.

► (Re) lire : Hongrie: Viktor Orban bien décidé à appliquer son programme rapidement