rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Foot/Angleterre: José Mourinho limogé par Manchester United (club)

Russie Corée du Nord Diplomatie Nucléaire

Publié le • Modifié le

Visite historique du ministre nord-coréen des Affaires étrangères à Moscou

media
Ri Yong Ho, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères avec son homologue russe, Sergueï Lavrov REUTERS/Sergei Karpukhin

A Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a reçu ce mardi son homologue nord-coréen Ri Yong Ho. Plusieurs responsables nord-coréens se sont rendu en Russie ces dernières années, mais jamais un ministre de cette importance. Dans un contexte de détente avec Séoul, Pyongyang entend s’assurer le soutien de l’un de ses principaux interlocuteurs. Moscou appelle la communauté internationale à accorder des garanties à Pyongyang en vue d’une dénucléarisation.


De notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche

Le déplacement en Russie d’un important représentant nord-coréen a forcément suscité une curiosité particulière. La précédente visite remontait à septembre, sur fond de crise nucléaire entre Pyongyang et Washington.

La rencontre de ce mardi s’est tenue dans un tout autre contexte : les deux Corée se sont rapprochées de façon symbolique pendant les Jeux olympiques d’hiver. Sergueï Lavrov a salué la « normalisation progressive de la situation ».

Le chef de diplomatie russe s’est exprimé seul au terme de la rencontre. Il a estimé que la dénucléarisation passait par des garanties accordées à Pyongyang. « Dans le contexte de dénucléarisation, les intérêts légitimes de sécurité de la République démocratique populaire de Corée exigent bien sûr une négociation et des garanties très sérieuses. Ces garanties doivent être en béton armé », a martelé le ministre russe des Affaires étrangères.

Selon Lavrov, l’objectif est d’aboutir à un « accord multilatéral » sur la sécurité en Asie orientale. Après une visite historique à Pékin, le leader nord-coréen doit rencontrer le président de la Corée du Sud à la fin du mois dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule. Une rencontre est prévue quelques semaines plus tard avec le président américain.

Chronologie et chiffres clés