rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

OGM Union européenne

Publié le • Modifié le

UE: quelles sont les règles en matière d'étiquetage des produits OGM ?

media
Il est possible en France de proposer sur ces produits un étiquetage «100 % sans OGM» si l’éleveur a fait l’effort de ne pas donner de soja transgénique à ses bêtes. (photo d'illustration) Scott Olson/Getty Images/AFP

Acheter un poulet élevé en France contribue à la déforestation en Amérique du Sud. C’est le constat de l'ONG Mighty Earth. Une bonne partie du soja qui nourrit ces animaux d’élevage est importé. Du Brésil surtout, mais aussi d’Argentine et du Paraguay, où la production industrielle de ce soja est directement liée à la déforestation à et a des conséquences sanitaires et sociales pour les populations locales. RFI s'associe à l'enquête de Mighty Earth et vous explique pourquoi le consommateur ne sait pas forcément comment ont été nourris les animaux qu’ils mangent.


L’alimentation animale à base de soja transgénique est autorisée dans l’Union européenne, et donc en France. Chaque soja qui est donné à manger à un animal doit passer par une évaluation réalisée par l’Agence européenne de sécurité sanitaire et des aliments (Efsa). La Commission européenne délivre ensuite une autorisation. Celles-ci sont d’ailleurs données à la fois pour l’alimentation animale et humaine. En revanche, les règles d’étiquetage diffèrent. Une huile de soja transgénique doit être étiquetée comme OGM, un jambon issu d’un soja transgénique ne sera pas étiqueté OGM.

Il est possible en France de proposer sur ces produits un étiquetage « 100 % sans OGM » si l’éleveur a fait l’effort de ne pas donner de soja transgénique à ses bêtes, mais celui-ci se fait sur la base du volontariat. Il n’est cependant pas très utilisé, car les producteurs craignent de devoir le retirer en cas de contamination accidentelle par des OGM, avec les risques que cela comporte en termes d’image.

De manière plus générale, c’est pour cette raison qu’une simple mention « Sans OGM » ne veut pas dire que le produit en est absolument dépourvu : elle signifie simplement qu’il n’a pas été contaminé par des OGM à moins de 0,1 % s’il s’agit de produits issus de matières premières végétales ou 0,9 % s’il s’agit de lait, de poisson, de viande ou d’œufs. Comme on l’a vu, cette mention ne préjuge en plus en rien de l’alimentation de l’animal, qui peut donc être nourri avec OGM.

Les normes bios interdisent les OGM, mais avec les mêmes limites que précédemment. Comme les produits conventionnels, des seuils (0,9 et 0,1 %) de contamination accidentelle sont tolérés sur ces produits, qui peuvent quand même arborer le logo « Agriculture biologique ». Cette norme interdit cependant l’alimentation des animaux avec des produits transgéniques.

Retrouvez notre dossier complet: