rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Union européenne Agriculture et Pêche

Publié le • Modifié le

Le Parlement européen instaure une commission spéciale pour les pesticides

media
Le système d'épandage du glyphosate dans un champ de moutarde à Ouzouer-sous-Bellegarde, dans le centre de la France, le 30 novembre 2017. REUTERS/Christian Hartmann

La saga du glyphosate n'est pas encore finie. Réuni en session plénière à Strasbourg, le Parlement européen vient de mettre sur pied une commission spéciale « pesticides ». Objectif : enquêter sur les modalités d'autorisation des pesticides en Europe.


Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Joana Hostein

La commission « Pesticides » aura donc neuf mois pour enquêter sur les modalités d'autorisation des herbicides en Europe. Le point de départ : le renouvellement très controversé du glyphosate, controversé parce que le monde scientifique n'est pas d'accord sur la dangerosité pour l'homme de ce pesticide. Le Centre internationale de recherche sur le cancer l'a classé « cancérogène probable » alors que les agences européennes le considèrent non cancérogène.

Et puis il y a eu les Monsanto Papers, ces milliers de documents internes à la société américaine qui dévoilent les moyens qu'elle utilise pour peser sur les avis des agents sanitaires. Des révélations qui seront au coeur des travaux de la commission d'enquête.

Le socialiste français Eric Andrieu préside l'assemblée. « Nous analyserons la question de l'indépendance de la science et le rapport au conflit d'intérêt évidemment, puisque c'est un des éléments qui va animer nos travaux pour garantir que le travail qui est fait du point de vue des avis scientifiques se fassent en toute indépendance », dit-il.

Faut-il donner davantage de moyens aux agences européennes pour qu'elles puissent publier leur propres études scientifiques, au lieu de se baser sur celles déjà existantes et notamment celles des industriels ? Une autre question que devront trancher les parlementaires ces prochains mois.