rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • General Electric exclu du Dow Jones, l'indice vedette de Wall Street
  • Les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (Haley)

Royaume-Uni Russie Diplomatie

Publié le • Modifié le

Royaume-Uni: la police confirme la tentative de meurtre sur l’ex-agent russe

media
La police britannique surveille les lieux où ont été retrouvés inconscients Skripal et sa fille. REUTERS/Toby Melville

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille ont été victimes « d'une tentative de meurtre » à « l'agent innervant », a annoncé ce mercredi 7 mars la police britannique, levant un pan du mystère dans cette affaire à l'origine de tensions avec Moscou. Au point que le gouvernement de Theresa May brandit la menace d’un boycott diplomatqiue anglais de la prochaine Coupe du monde en Russie.


Sergeï Skripal et sa fille Youlia étaient toujours entre la vie et la mort ce jeudi 8 mars, tous les deux dans le coma dans un hôpital de Salisbury, selon des médias britanniques. En revanche, l'un des policiers arrivé le premier à leur secours dimanche et lui aussi gravement affecté, est dans un état préoccupant mais conscient, précise notre correspondante à Londres Muriel Delcroix.

L'identification de la substance neuro-toxique à laquelle les victimes ont été exposées permet à Scotland Yard d'affiner son enquête pour identifier les auteurs de cette tentative de meurtre.

La police refuse pour l'instant d'en dire plus mais le fait qu'un agent innervant puissant soit en cause indique que l'attaque a été très probablement sponsorisée par un Etat. Et la presse spécule déjà sur la façon dont la substance a pu être acheminée au Royaume-Uni. Selon le Times la fille de Sergei Skripal aurait pu l'amener sans le savoir dans ses bagages en croyant apporter un « cadeau offert par des amis » de Moscou où elle réside.

Vers une crise diplomatique ?

Signe de l'importance de l'affaire, qualifiée « d'incident majeur » par Mark Rowley, le gouvernement britannique a tenu mercredi une réunion d'urgence, et des moyens substantiels sont mobilisés. « Nous avons des centaines d'enquêteurs, de spécialistes, d'analystes et d'agents du renseignement qui travaillent 24 heures sur 24 sur ce cas, en examinant par exemple des centaines d'heures de vidéosurveillance », a détaillé Scotland Yard.

Sur le plan diplomatique, l'affaire Skripal continuait mercredi de provoquer des remous entre Londres et Moscou. « Cette histoire a dès le début commencé à être utilisée pour doper la campagne antirusse dans les médias », a dénoncé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. Bien que la police antiterroriste a affirmé étudier toutes les pistes, le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, a pointé du doigt Moscou dès mardi.

Boycott du Mondial russe ?

A titre d'avertissement, la Première ministre britannique Theresa May a indiqué que son gouvernement pourrait considérer un éventuel boycott diplomatique de la prochaine Coupe du monde en Russie. « En fonction de ce qui ressort » de l'enquête, « il sera peut-être approprié que le gouvernement examine si les ministres et autres responsables doivent assister à la Coupe du monde », a-t-elle déclaré.

A Salisbury, la police continuait son enquête, reconstituant les déplacements de Sergueï Skripal et de sa fille. Ces derniers auraient déjeuné dans un restaurant de l'enseigne de pizzeria Zizzi, et auraient pris un verre au pub The Mill, qui demeuraient, ce mercredi, fermés au public.

(Avec agences)

Chronologie et chiffres clés