rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Russie Défense

Publié le • Modifié le

Moscou installe de nouveaux missiles sol-air S-400 en Crimée

media
Des camions militaires chargés de missiles sol-air S-400 «Triomphe» traversent la place Rouge à Moscou, lors de la parade militaire du 9 mai 2017. Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

La Russie a déployé une nouvelle unité de missiles anti-aériens sol-air S-400 en Crimée un mois avant la date prévue. Une mesure dont le Kremlin assure qu'elle n'est dirigée contre personne et qu'elle relève du droit souverain d'un Etat à garantir sa sécurité.


Avec notre correspondant à Moscou,  Jean-Didier Revoin

Avec un mois d'avance, la Russie a déployé un deuxième système de défense anti-aérienne S-400 en Crimée afin de compléter la protection de l'espace aérien russe des menaces qui pourraient venir de l'Ukraine voisine.

Dans la semaine, Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, avait souligné que l'implantation de ce système de missiles sur la péninsule ne devait pas être considéré comme une menace adressée à qui que ce soit, mais que cette décision relevait du droit souverain de chaque Etat à garantir sa sécurité.

Après la ville portuaire de Feodossia au printemps dernier, c'est au tour de celle de Sébastopol, qui abrite la flotte russe de la mer Noire, de bénéficier de ce système de défense dernier cri. Il est en effet capable de tirer 72 missiles sur 36 cibles qu'il détecte à une distance de 600 kilomètres.

Les S-400 Triomphe, comme on les appelle encore, sont donc en mesure d'abattre tout type de cible aérienne : avions, drones ou encore missiles de croisière hypersoniques.

L'installation de ce deuxième système S-400 en Crimée était prévue pour le mois de février, mais en annonçant en décembre dernier qu'ils allaient fournir à l'Ukraine des armes létales, et notamment des missiles anti-char, les Etats-Unis ont certainement poussé les autorités russes à prendre les devants.

Chronologie et chiffres clés