rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Angela Merkel

Publié le • Modifié le

Accord de gouvernement en Allemagne: la presse sceptique

media
Le Bundestag à Berlin. «Ou est donc Merkel»? se demande le magazine «Der Spiegel» sur son site électronique (image d'illustration). REUTERS/Hannibal Hanschke

Les partis CDU-CSU et SPD se sont mis d'accord, vendredi 12 janvier, sur une ébauche d'accord de programme en vue de former le prochain gouvernement. Les négociations pour affiner le résultat de ces premières entrevues pourraient débuter le 22 janvier. En Allemagne, la presse est loin d'être aussi positive que les partenaires de l'Allemagne...


Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

La presse allemande est sceptique. A l'image de l'opinion, lassée des coalitions CDU-SPD. « Où est donc Merkel », se demande le magazine Der Spiegel sur son site électronique, sur le mode « mais y a-t-il un pilote dans l'avion ? ». « Chacun des partenaires de la coalition CDU-CSU-SPD a obtenu des concessions. Leur accord est équilibré. Mais quelle vision Merkel a-t-elle pour l'Allemagne ? », lit-on encore.

Même scepticisme pour le quotidien de centre droit Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) : « Les directions de la CDU et du SPD se sont mises d'accord. Mais l'ère Merkel semble toucher à sa fin. C'est le seul espoir qu'il reste au SPD », conclut le titre, proche des cercles contestataires au sein de la CDU.

« Un accord respectable »

Le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung salue pour sa part « un accord respectable, un accord à connotation sociale, qui donne une nouvelle impulsion à l'égalité hommes-femmes. Tout cela n'est pas rien, souligne le commentateur Heribert Prantl. Le côté négatif, ce sont les réfugiés. C'est eux qui paieront le prix de cette coalition. Le SPD n'a pas lutté pour défendre leurs intérêts et la CSU bavaroise s'est imposée. »

Rappelons que le prochain gouvernement n'acceptera pas plus de 200 000 nouveaux réfugiés par an dans le pays.

Chronologie et chiffres clés