rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le président catalan destitué Carles Puigdemont est arrivé à Copenhague (TV danoise)
  • Rohingyas: le programme de retours des réfugiés ne débutera pas dans les délais prévus (responsable bangladais)
  • Pour le président équatorien, le cas de Julian Assange est un «problème»
  • Mer de Chine: la marée noire a triplé de taille en 4 jours, selon Pékin
  • Vietnam: l'apparatchik enlevé en Allemagne condamné à la prison à vie (médias officiels)

Turquie Recep Tayyip Erdogan

Publié le • Modifié le

Turquie: réintégration de 1800 fonctionnaires

media
Les autorités turques ont réintégré par décret-loi plus de 1.800 fonctionnaires qui avaient été limogés dans le cadre des purges. Getty images/Stuart William Dobson

En Turquie, les purges de fonctionnaires se sont multipliées après la tentative de putsch en juillet 2016. Plus de 150 000 personnes ont perdu leur emploi depuis un an et demi pour leurs « liens » supposés avec le cerveau du coup d'Etat raté Fethullah Gülen ou avec le PKK kurde. Mais aujourd'hui, c'est l'inverse : 1 823 employés du service public vont être réintégrés par décret dans leurs fonctions. Une mesure qui n'annonce cependant pas que les purges sont terminées.


Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

Ces fonctionnaires étaient accusés d'avoir utilisé une application de messagerie mobile qui servait de moyen de communication pour les putschistes et leurs soutiens.

Des dizaines de milliers de personnes en Turquie auraient utilisé ce logiciel qui s'appelle ByLock. Mais la justice turque a annoncé fin décembre que des milliers de ces suspects avaient en fait téléchargé ByLock à leur insu, et qu'il fallait donc revoir leurs condamnations.

Voilà pour la version officielle qui pourrait concerner au final plus de 10 000 personnes. Des fonctionnaires qui vont retrouver leur poste et qui vont toucher le salaire auquel ils avaient droit durant leur chômage forcé.

Mais cette annonce soulève aussi plusieurs questions sur la nature de ces purges et sur le sérieux des enquêtes qui ont visé tous ces employés qui vont réintégrer notamment le secteur de l'Education et le département de la sécurité d'Etat.

En revanche, il ne faut pas y voir nécessairement un signe de faiblesse du pouvoir turc : le décret qui a annoncé le retour de ces salariés précise en même temps que 260 employés seront, eux, licenciés de la fonction publique.

Chronologie et chiffres clés