rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Mer de Chine: la marée noire a triplé de taille en 4 jours, selon Pékin
  • Vietnam: l'apparatchik enlevé en Allemagne condamné à la prison à vie (médias officiels)
  • Thaïlande: trois morts dans l'explosion d'une bombe sur un marché dans le sud
  • Etats-Unis: le Sénat reporte à lundi le vote sur la fin du shutdown
  • Le pape quitte Lima après une tournée au Chili et au Pérou
  • France/Prisons: la ministre de la Justice recevra lundi 22 janvier les organisations syndicales (communiqué)

Royaume-Uni Donald Trump Theresa May

Publié le • Modifié le

Donald Trump refuse d'inaugurer la nouvelle ambassade des Etats-Unis à Londres

media
Donald Trump a annulé sa visite à Londres (photo prise le 8 janvier 2018). REUTERS/Jonathan Ernst

Donald Trump annule sa visite à Londres. Le président américain devait inaugurer la nouvelle ambassade des Etats-Unis. Sur Twitter il critique un projet qu'il estime trop coûteux et pas assez central. Mais d'autres raisons pourraient expliquer le refus du dirigeant de se rendre dans la capitale britannique.


De notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

C'est par un tweet boudeur que Donald Trump a annoncé qu'il ne viendrait finalement pas à Londres en février. « La raison pour laquelle j'annule mon voyage à Londres est que je ne suis pas un grand fan de la décision de l'administration Obama de vendre l'ambassade probablement la mieux placée et la plus belle de Londres pour des "cacahuètes", tout ça pour en construire une nouvelle au milieu de nulle part pour plus d'un milliard de dollars. » Et le président américain de conclure, rageur : « Mauvaise affaire. On voulait que je coupe le ruban. NON ! »

Mais la raison invoquée par Donald Trump a suscité la surprise puisque le déménagement de l'ambassade américaine de Londres avait en fait été décidé par l'administration de George Bush dès octobre 2008. Pour beaucoup le problème est plutôt le climat hostile à l'égard du locataire de la Maison Blanche. Cette visite s'annonçait houleuse tout comme celle d'Etat tendue par Theresa May dès la nomination de Donald Trump.

Réagissant au tweet du président, le maire de Londres, Sadiq Khan s'est d'ailleurs félicité que Donald Trump ait « compris le message » des Londoniens pour qui, il n'est pas le bienvenu.

Pour le gouvernement de Theresa May en revanche, la situation commence à être embarrassante : alors qu'il a été le premier à l'inviter, le Royaume-Uni attend toujours de recevoir le président après la France, l'Allemagne ou la Belgique et se désespère de voir se refroidir sa « relation spéciale » avec son plus proche allié.

Chronologie et chiffres clés