rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
  • Israël rouvre l'entrée de Gaza aux marchandises et aux personnes (officiel)

Bulgarie Union européenne

Publié le • Modifié le

La Bulgarie célèbre son accession à la présidence tournante de l’UE

media
Le président du Conseil européen Donald Tusk à la tribune, lors de la cérémonie marquant le début de la présidence bulgare de l'UE, le 11 janvier 2018 à Sofia. Krum Stoev/EU2018BG/Handout via REUTERS

C’est le 1er janvier que la Bulgarie a commencé à assumer la présidence semestrielle tournante de l’Union européenne, mais ce n’est qu’hier qu’en a eu lieu la cérémonie officielle de lancement, au Théâtre populaire de la capitale bulgare, et en présence des dirigeants bulgares et des trois présidents de l’Union européenne : Donald Tusk pour le Conseil européen ; Jean-Claude Juncker pour la Commission européenne, et Antonio Tajani pour le Parlement européen.


Avec notre envoyé spécial à Sofia, Quentin Dickinson

Les priorités de la présidence bulgare du Conseil de l’Union européenne se résume à faire du mieux qu’on pourra pour faire avancer les dossiers lourds, hérités de la présidence estonienne et que l’on repassera à la présidence autrichienne dans six mois.

Il s’agit en premier lieu du Brexit, mais aussi des migrations, de la gouvernance de la zone euro et de la défense européenne.

Mieux faire connaître le pays

Mais les autorités bulgares, dont c’est la première présidence de l’UE, veulent aussi profiter de celle-ci pour faire mieux connaître leur pays qu’on n’identifie généralement que par le yaourt ou encore les belles voix (les chœurs bulgares a cappella) sans oublier que la langue française lui doit le mot peu flatteur de « bougre ».

C’était le sens de la cérémonie d’inauguration de leur présidence, jeudi soir, où les dirigeants bulgares ont répété qu’ils entendaient mettre au service de leurs partenaires de l’UE leur connaissance profonde des Balkans occidentaux pour rapprocher de l’Europe les pays tiers issus du démembrement de la Yougoslavie.

Décongeler les relations euro-russes

De même, leurs bons rapports historiques avec Moscou devraient permettre, pensent-ils, de décongeler quelque peu les relations euro-russes.

Donald Tusk, le président du Conseil européen, a de son côté loué « les efforts, le courage et la résolution » qui ont conduit « aux succès européens » de la Bulgarie. « Personne ne vous a rien offert. Vous êtes les créateurs de ce revirement historique », a-t-il souligné à l'adresse des Bulgares, les membres les plus pauvres de l'UE qui sont parmi les plus grands euro-optimistes.