rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël rouvre l'entrée de Gaza aux marchandises et aux personnes (officiel)
  • Israel reporte sine die la démolition d'un village bédouin en Cisjordanie (communiqué)

Union européenne Iran Nucléaire

Publié le • Modifié le

Nucléaire iranien: l'UE lance un appel aux Etats-Unis pour préserver l’accord

media
Les ministres des Affaires étrangères français Jean-Yves le Drian, allemand Sigmar Gabriel, britannique Boris Johnsonet la chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini après la réunion sur le nucléaire iranien à Bruxelles, le 11 janvier 2018. REUTERS/Francois Lenoir

La Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et l'Union européenne ont lancé jeudi 11 janvier un appel commun aux Etats-Unis pour préserver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, ajoutant que Téhéran avait le droit de tirer profit de la levée des sanctions qui y est associée. La Haute représentante de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune Federica Mogherini s'exprimait à l'issue d'une réunion à Bruxelles avec les ministres des Affaires étrangères de l'Allemagne, de la France, de la Grande-Bretagne et de l'Iran.


Cet accord signé par les grandes puissances et l'Iran en 2015 « non seulement fonctionne, mais rend le monde plus sûr et empêche une course à l'armement nucléaire potentielle dans la région. » C'est ce qu'a affirmé Federica Mogherini après la réunion avec le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

Là où le président américain, le Premier ministre israélien ou encore le prince héritier saoudien, notamment, y voit un attrape-nigaud, les Européens, eux, sont de l'avis contraire.

En revanche, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, en accord avec ses collègues européens, a exprimé les préoccupations concernant le développement par l'Iran de missiles balistiques et également le rôle de Téhéran jugé néfaste dans plusieurs conflits de la région.

L'Iran soutient le régime de Bachar al-Assad en Syrie, le Hezbollah libanais et également les rebelles houthis au Yémen auxquels Téhéran est accusé d'avoir fourni des missiles. Sur ce plan, le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel a annoncé un accord de principe avec son homologue iranien pour en discuter avec Téhéran.

Chronologie et chiffres clés