rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Autriche France Emmanuel Macron

Publié le • Modifié le

Le nouveau chancelier autrichien en visite en France pour créer des liens

media
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz à Vienne, le 10 janvier 2018. REUTERS/Leonhard Foeger

Le nouveau chancelier autrichien est en visite en France ce vendredi 12 janvier. Sebastian Kurz rencontre Emmanuel Macron à 13h à l'Elysée. Le jeune conservateur est à la tête d'un gouvernement de coalition avec l'extrême droite depuis décembre dernier. On est bien loin du boycott imposé à l'Autriche par l'Union européenne, il y a 17 ans, lorsque l'extrême droite était déjà entrée au gouvernement. Sebastian Kurz vient justement rassurer ses partenaires européens et chercher des alliés.


Avec notre correspondante à Vienne,  Isaure Hiace

C'est la première tournée européenne pour Sebastian Kurz, attendu en France ce vendredi et en Allemagne dans quelques jours. Le jeune chancelier veut rassurer ses partenaires européens, moins d'un mois après l'investiture de son gouvernement qui fait la part belle au parti d'extrême droite le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), un parti allié du Front national au Parlement européen.

Certes, Sebastian Kurz gouverne avec un parti eurosceptique, mais c'est bien lui qui est en charge des questions européennes. Voilà, en substance, le message qu'il va délivrer à Emmanuel Macron. Le président français très apprécié du chancelier autrichien, qui voit en lui un allié potentiel. Car c'est là le deuxième objectif de Sebastian Kurz lors de ce voyage : préparer la présidence de l'Autriche au Conseil de l'UE, à partir de juillet prochain.

Sebastian Kurz cherche des alliés, notamment sur la question migratoire. Le chancelier autrichien l'a dit : il s'oppose aux quotas de migrants imposés par Bruxelles. Pas sûr pourtant que le président français le soutienne sur ce point.

(Re) lire : Extrême droite autrichienne: Israël accorde le bénéfice du doute au FPÖ

Chronologie et chiffres clés