rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Union européenne Grèce Réfugiés Immigration Migrations Internationales

Publié le • Modifié le

Migrants: la Grèce et l'ONU appellent à plus de solidarité européenne

media
Des migrants sur l'ïle de Lesbos, en Grèce en 2016. REUTERS/Giorgos Moutafis/File Photo

Le bilan a été tiré à Athènes ce mardi 9 janvier concernant les relocalisations de demandeurs d’asile vers d’autres pays européens. Un sujet qui fait débat au sein de l'Union européenne. En deux ans, 32 000 personnes auraient été envoyées dans toute l’Europe depuis l’Italie et la Grèce, dont 22 000 spécifiquement pour ce dernier pays. Les autorités grecques et le Haut-Commissariat des Nations unies demandent que la solidarité entre pays européens se poursuive.


Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

A Athènes, Iannis Mouzalas, le ministre grec de l’Immigration a fait le bilan du programme des relocalisations. Mais alors que des discussions sont en cours pour refondre le système européen de répartition des demandeurs d’asile, il a dit craindre les dernières propositions de Donald Tusk. En décembre, le président du Conseil européen a en effet proposé de supprimer les quotas de réfugiés.

« Je veux croire que la Commission et le Parlement européen s’opposeront a ces propositions qui mettent en jeu les fondations sur lesquelles s’est construite l’Union européenne. La solidarité dans l’Union européenne n’est pas du bénévolat, c’est une obligation légale », a-t-il déclaré.

La Grèce est particulièrement concernée. Sans ces quotas, elle craint que le nombre de pays qui refusent d’accepter des réfugiés augmente. Philippe Leclerc, le responsable en Grèce du Haut-Commisariat des Nations unies pour les réfugiés a plaidé, lui aussi, pour plus de solidarité : « Nous espérons que la réforme du système de Dublin va faire qu’en cas d’arrivée massive, un système prévisible soit en place avec la participation de tous les Etats membres qui recevront des demandeurs d’asile. »

Les pays du groupe de Visegrad, c’est a dire la République tchèque, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie proposent une assistance financière aux pays d’entrée des réfugiés dans l’Union européenne, mais ils refusent toujours d’accueillir sur leur sol dans le cadre des relocalisations.

Chronologie et chiffres clés