rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Paradis fiscaux: l'Union européenne retire huit pays de sa liste noire, dont le Panama (source européenne)
  • Carrefour: l'Etat sera «vigilant sur l'accompagnement de chaque salarié concerné par le plan» (Le Maire)
  • Carrefour: 2400 suppressions de postes via un plan de départs volontaires (groupe)
  • Un séisme de magnitude 6,4 a secoué Jakarta (agence gouvernementale)
  • Japon: un mort après une éruption volcanique (secouriste)

Allemagne Syndicats Questions sociales

Publié le • Modifié le

Allemagne: menace de grève du syndicat IG Metall au sujet du temps de travail

media
Le logo d'IG Metall, l'un des plus puissants syndicats d'allemagne. TOBIAS SCHWARZ / AFP

Avec la trêve des confiseurs, c'est aussi la trêve sociale qui va s'achever dans quelques jours dans la métallurgie allemande. Durant les premières semaines de négociations, pas de débrayages possibles. Ensuite, faute d'accord, des grèves d'avertissement pourraient avoir lieu dans un premier temps. Ce sera le cas après les vacances à compter du 8 janvier, a annoncé le puissant syndicat IG Metall. Mais cette année, les hausses de salaires (l'IG Metall réclame 6%, le patronat propose 2%) ne figurent pas au cœur des discussions.


De notre correspondant à Berlin, Pacal Thibaut

Un travail pénible, des obligations familiales comme des enfants en bas âge ou des seniors dépendants: l'IG Metall souhaite que les salariés voulant faire une pause -jusqu'à deux ans- puissent réduire leur temps de travail hebdomadaire de 35 à 28 heures. La perte de salaire serait en partie compensée par les employeurs pour les personnes travaillant à la chaîne ou qui réduisent leur temps de travail pour des raisons familiales.

La fédération patronale menace

Le patronat ne veut toutefois pas entendre parler de cette mesure. Il estime que les conventions collectives prévoient déjà suffisamment de flexibilité et qu'une telle mesure serait économiquement problématique alors que la métallurgie manque déjà de main d'œuvre qualifiée. La fédération patronale menace même de recours devant les tribunaux critiquant une mesure discriminatoire. Les salariés travaillant à temps partiel n'obtiennent, eux, pas de compensation salariale pour une durée de travail inférieure à la normale.

Les négociations s'annoncent donc difficiles. Côté syndical, on réfléchit déjà à des arrêts de travail de 24 heures pour augmenter la pression sur le patronat, après les grèves d'avertissement de quelques heures dans les entreprises, début janvier.

Chronologie et chiffres clés