rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
  • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)

Turquie Jérusalem Israël Territoires Palestiniens Recep Tayyip Erdogan

Publié le • Modifié le

Ambassade américaine à Jérusalem: Erdogan rameute l'OCI

media
Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu avec plusieurs dirigeants de pays musulmans. Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace/Handout via REUTERS

En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan veut rallier le monde musulman contre la décision de Washington de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Le président turc a convoqué les représentants de 57 pays musulmans de l'OCI à Istanbul la semaine prochaine pour « agir face aux nouveaux développements ».  


Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

Décidément Recep Tayyip Erdeogan veut prendre la tête de la fronde contre Washington : le président turc rencontre ce mercredi le roi jordanien et il s'est déjà entretenu par téléphone avec les dirigeants de sept pays musulmans.

Et puisque la Turquie détient cette année la présidence tournante de l'Organisation de la coopération islamique c'est à Istanbul mercredi prochain que ses dirigeants vont se réunir. Une rencontre extraordinaire consacrée uniquement à la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale.

En Turquie, la classe politique, y compris l'opposition, est unanime pour dénoncer la décision américaine attendue ce soir : « une grave erreur » ou encore, un « incendie qui sera difficile à éteindre », selon le ministre de la Justice.

Bénéfices espérés

Pour Erdogan, la gestion de cette crise pourrait bien lui rapporter des bénéfices à l'intérieur du pays. Le président turc qui peut ainsi flatter son électorat conservateur toujours sensible à la question palestinienne, un électorat qu'il ne peut pas négliger alors que sa popularité est stagnante depuis le référendum constitutionnel d'avril dernier.

Chronologie et chiffres clés