rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Union européenne Islam Migrations Internationales Réfugiés

Publié le • Modifié le

Le parti d'extrême droite allemand AfD durcit le ton

media
Alexander Gauland et Jorg Meuthen, le nouveau duo dirigeant de l'AfD. Photo du Congrès de Hanovre, le 3 décembre 2017. REUTERS/Fabian Bimmer

Avec 12,6 % des voix, ils étaient les vrais vainqueurs des élections législatives en Allemagne en septembre 2017. Leur entrée au Bundestag a en effet provoqué un mini-séisme politique en Allemagne. Les militants du parti anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD) ont désigné samedi 2 décembre un nationaliste comme leur co-président, laissant prévoir un durcissement du ton de la formation d'extrême-droite lors des élections régionales l'an prochain.


C'est toujours un tandem qui dirige l'AfD. Ce sont les statuts du parti qui le prévoient. Jusqu'ici, à chaque fois, il s'agit d'un dur et d'un plus modéré. « Modéré », du moins pour l'AfD, car ces dernieres années, le parti n'a cessé de se radicaliser.

Dans le rôle du tenant du langage plus policé, Jörg Meuthen, un économiste jugé généralement sans charisme, a donc été reconduit. Celui qu'on va donc entendre le plus, c'est Alexander Gauland, éternellement vêtu d'une veste de chasse en tweed et habitué des provocations, tout particulièrement sur le terrain de l'histoire.

Une semaine avant les législatives, cet ancien de la CDU avait appelé le pays à être « fier des performances des soldats allemands pendant les deux guerres mondiales ».

La désignation de ce représentant de l'aile dure du parti est bien le signe que l'AfD veut poursuivre sa stratégie : cliver, durcir le climat politique. Au soir de sa victoire électorale fin septembre, Alexander Gauland avait promis à ses partisans de « pourchasser Angela Merkel ».

Chronologie et chiffres clés