rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

Syrie EI Justice Entreprises Belgique France

Publié le • Modifié le

Lafarge en Syrie: perquisitions au siège du cimentier à Paris et en Belgique

media
Le siège de LafargeHolcim à Paris. Thomas SAMSON / AFP

L'enquête se poursuit dans l'affaire du cimentier Lafarge Holcim, soupçonné d'avoir contribué au financement de l'organisation Etat islamique en Syrie. L'entreprise franco-suisse a reconnu avoir versé de l'argent à des groupes armés pour maintenir ses activités dans le pays entre 2013 et 2014. Plusieurs perquisitions ont eu lieu mardi 14 novembre en France et en Belgique.


Les perquisitions ont eu lieu à Paris, au siège du groupe LafargeHolcim, et à Bruxelles, dans les bureaux de GBL (Groupe Bruxelles Lambert), la holding du milliardaire Albert Frère, actionnaire du cimentier.

Et ce ne sont pas les premières perquisitions depuis que le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire en juin dernier.

L'enquête porte sur le financement du groupe Etat islamique par Lafarge. En 2013 et 2014, l’entreprise a maintenu ses activités à Jalabiya en Syrie, dans un territoire sous contrôle de l'EI. Et pour cela, comme une enquête interne l’a confirmé, elle a dû payer des groupes armés, notamment pour passer les checkpoints des terroristes.

L'association Sherpa a été la première à porter plainte au nom d'anciens employés syriens. Plusieurs d’entre eux, réfugiés en Europe, ont d'ailleurs été entendus par la justice. C'est ensuite le ministère français de l'Economie qui a saisi le parquet.

Lafarge est aussi inquiété pour violation de l'embargo imposé en 2011. L'entreprise aurait été un client régulier du groupe EI à qui elle achetait ses matières premières.

D’anciens cadres ont déclaré que le cimentier avait eu l’aval des autorités françaises pour maintenir son activité en Syrie. L’association Sherpa a demandé à la justice d’entendre l’ancien ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, ainsi que plusieurs diplomates.

« LafargeHolcim rappelle qu'il a condamné avec la plus grande fermeté les erreurs commises en Syrie et qu'il met tout en place pour qu'une telle situation ne puisse plus se reproduire. Le dossier a été traité avec le plus grand sérieux au sein de la société qui a chargé dès 2016 un cabinet d'avocats de procéder à une enquête indépendante », a réagi Lafarge dans une déclaration transmise mardi soir à l'AFP.

Chronologie et chiffres clés