rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Espagne Mariano Rajoy twitter Russie Venezuela Réseaux sociaux

Publié le • Modifié le

Crise catalane: Rajoy dénonce une infiltration étrangère sur Twitter

media
Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, le 12 novembre 2017 à Barcelone. REUTERS/Albert Gea

Jusqu'alors discret en politique internationale, et notamment sur les ingérences russes dans des campagnes électorales de pays occidentaux, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy a désormais pris le taureau par les cornes, avec l'internationalisation du conflit catalan.


Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Les comptes Twitter concernant la crise en Catalogne proviennent à 50% de Russie, à 30% du Venezuela, et seuls 3% sont espagnols. Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy n'y est pas allé par quatre chemins : il y a une infiltration étrangère pernicieuse et dangereuse dans les réseaux sociaux, et en particulier en provenance de Moscou.

Jusqu'alors le leader espagnol n'osait pas se prononcer sur la question, notamment pendant la campagne électorale aux Etats Unis. Mariano Rajoy est un homme discret, mesuré.

Mais aujourd'hui, les services nationaux font clairement état du fait que des millions de messages venus de Russie et du Venezuela ont éclaboussé les réseaux sociaux. Des messages qui pour l'immense majorité dénigrent l'Espagne, la comparent au franquisme et défendent avec force la nécessité d'une indépendance de la Catalogne.

Une perspective inacceptable pour le gouvernement Rajoy, et d'ailleurs pour l'essentiel des Espagnols. Ce sont des « fakes », des canulars, des informations fausses, dit-on à Madrid, qui ont contribué « à semer la confusion dans les cerveaux ». « II est temps, a dit Mariano Rajoy, de revenir à la force de vérité de la légalité espagnole ».

Chronologie et chiffres clés