rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

Royaume-Uni Theresa May Brexit

Publié le • Modifié le

Des députés tories frondeurs: nouvelle épreuve pour Theresa May au Royaume-Uni

media
Theresa May, Première ministre britannique devant le 10 Downing Street à Londres, le 9 novembre: la pression sur le chef du gouvernement britannique est forte avec 40 députés tories frondeurs. REUTERS/Toby Melville

La Première ministre britannique Theresa May est sous une pression croissante alors quarante députés de son propre parti seraient prêts à défier son autorité. Nombre de conservateurs sont mécontents de l’action de la Première ministre, fragilisée après des législatives catastrophiques et enlisée dans les négociations sur le Brexit.


avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Pas un seul dimanche qui n’apporte désormais son lot de révélations ou de menaces visant le gouvernement de Theresa May…

Cette fois le danger émane de quarante rebelles conservateurs qui selon le Sunday Times seraient prêts à pousser la Première ministre au départ. Il ne manquerait plus que la signature de huit autres députés tories pour déclencher un vote interne et provoquer sa mise en minorité.

Theresa May a déjà été fragilisée lors des élections législatives ratées de juin, après avoir perdu sa majorité absolue. La lenteur des négociations avec l'Union européenne sur le Brexit, et la démission récente de deux de ses ministres déstabilisent encore davantage Theresa May qui, selon la presse, serait également l’otage de deux poids lourds du gouvernement et redoutables «  brexiters  » : Boris Johnson et Michael Gove qui tenteraient de lui dicter la route à suivre pour le Brexit.

► à (re)lire: Toujours annoncé pour mars 2019, le Brexit achoppe sur l'addition

Theresa May fait donc figure d’animal blessé acculé par la meute, néanmoins sa carte maîtresse pour survivre reste l’absence de consensus des conservateurs autour d’un remplaçant crédible et la crainte qu’une nouvelle élection ne propulse l’opposition travailliste de Jeremy Corbyn au pouvoir…

Chronologie et chiffres clés