rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
  • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)

Grèce Zone euro

Publié le • Modifié le

Crise grecque: les prêts à Athènes ont rapporté 7,8 milliards d'euros à la BCE

media
Manifestation contre l'austérité à Athènes, en février 2016. REUTERS/Alkis Konstantinidis

Il a souvent été reproché à la Grèce de peser sur les finances de l'Eurogroupe, et l'argent prêté à Athènes avait fait polémique au plus fort de la crise. Mais en fait, au final, l'investissement a rapporté 7,8 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE). D'où vient exactement cette somme ?


Pour bien comprendre cette histoire, il faut retourner quelques années en arrière, au moment où les taux d'intérêts de la Grèce flambaient.  Dans le cadre du programme Securities markets program (SMP), la Banque centrale européenne (BCE) a racheté de la dette d'Etat grecque sur le marché secondaire (celui de l'achat et de la vente d'actifs financiers déjà existants). L'objectif était d'éteindre l'incendie et de faire baisser le coût de financement de l'Etat. Et, comme pour n'importe quel emprunt, ces titres ont généré des plus-values pour le prêteur.

La somme n'a pas vocation à rester bloquée

C'est donc comme ça que la zone euro a cumulé ces 7,8 milliards d'euros entre 2012 et 2016. Mais cette somme n'a pas vocation à rester dans les coffres de l'institution de Francfort : comme l'a précisé Mario Draghi, hier, dans une lettre à des députés européens, l'argent est redistribué in fine aux banques nationales au prorata de leur participation au capital de la BCE. Ce bénéfice réalisé aux dépends d'un Etat déjà en difficulté pourrait bien relancer le débat.

Reprises des reversements des profits à la Grèce ?

En 2012, les Européens s'étaient mis d'accord pour reverser les profits à la Grèce. Mais, il y a deux ans, sur fond de tensions avec le gouvernement d'extrême gauche d'Alexis Tsipras, l'Allemagne avait mis un fort coup de frein. Les reversements de ces profits pourraient néanmoins reprendre. L'idée a, en tous cas, été évoquée dans le communiqué final de l'Eurogroupe en juin 2017.

Chronologie et chiffres clés