rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Automobile Facebook Internet Informatique

Publié le • Modifié le

Salon de Francfort: Facebook s’embarque à bord des automobiles

media
Sheryl Sandberg, la directrice opérationnelle de Facebook lors de l'inauguration du salon de Francfort, le 14 septembre 2017. REUTERS/Ralph Orlowski

Au salon de l'automobile de Francfort, les voitures connectées ont le vent en poupe. A l'heure de la révolution numérique dans ce secteur, la 67e édition du « Frankfurt Motor Show » fait la part belle aux « nouvelles mobilités » ainsi qu'aux géants d'internet et du secteur informatique.  Et la star cette année, ce n'était pas une voiture... mais la numéro deux de Facebook.


C'est peu dire que Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, était attendue au salon de l'Automobile de Francfort dans les travées du centre des expositions. Et dès son arrivée, la directrice des opérations de Facebook a démenti la rumeur : pas question pour la firme américaine de construire des voitures. En revanche, la société compte bien s'installer à l'intérieur des véhicules. Car quand on parle de voitures autonomes par exemple, et bien il faut savoir ce que l'on va faire une fois assis dedans si l'on ne conduit plus. C'est là que Facebook et les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) interviennent.

Beaucoup de concept-cars présentés à Francfort offrent ainsi la possibilité aux 4 passagers de se faire face, comme dans un salon. On peut imaginer y tenir une vidéoconférence par Skype, propriété de Microsoft ou regarder un film en réalité virtuelle avec un casque Oculus, détenu par Facebook. Volkswagen a décidé d'intégrer dans ses véhicules l'assistant vocal Alexa, créé par la division intelligence artificielle d'Amazon.

L'intelligence artificielle, un point fort de Facebook

L'intelligence artificielle, c'est la passion de Marck Zuckerberg, on se rappelle notamment la vidéo un peu gênante où il discute avec l'assistant virtuel qui gère à peu près tout dans sa maison. Mais l'intelligence artificielle, c'est fondamental pour les projets de l'industrie automobile. Aujourd'hui une voiture est en réalité un ordinateur entouré d'une carrosserie et doté d'une puissance de calcul assez phénoménale. Sauf que pour passer au niveau supérieur, les constructeurs ont besoin de spécialistes, que ce soient des développeurs (Facebook, Amazon) ou des fabricants de processeurs. D'ailleurs parmi les invités du salon, on compte cette année IBM et Qualcomm.

La voiture de demain, plus autonome que jamais

C'est tout simplement faire de la voiture presque un membre de la famille. Demain on peut envisager que votre véhicule aille chercher lui-même vos enfants à l'école, qu'il en profite pour récupérer les courses que vous avez commandées en ligne, voire qu'il contrôle votre état de santé quand vous êtes à bord. La technologie est là, et c'est un changement total de perspectives pour les constructeurs. Fabriquer des voitures, ils savent le faire, intégrer des nouvelles technologies aussi, mais il y a un monde entre une voiture qui se gare toute seule et un véhicule vraiment autonome. Et c'est là qu'ils ont besoin des compétences et de la vision des poids-lourds de la Silicon Valley.

Chronologie et chiffres clés