rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Union européenne Jean-Claude Juncker Zone euro Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

UE: discours attendu de Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen

media
Jean-Claude Juncker va prononcer un discours devant les députés européens réunis à Strasbourg. REUTERS/Vincent Kessler

Pendant trois heures, le Parlement européen débat sur l'état de l'Union européenne, ce mercredi 13 septembre. En ouverture, le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, va s'exprimer devant les eurodéputés de Strasbourg.


Qu’attendre du discours de Jean-Claude Juncker et du débat qui le suit ? Là est toute la question. L'Union européenne se porte mieux et le président de la Commission européenne va sûrement s'en féliciter, mais elle reste divisée.

Entre le Brexit, les velléités indépendantistes de la Catalogne ou l'indiscipline des partis nationalistes au gouvernement en Pologne ou en Hongrie, l'unité n'est pas au rendez-vous.

Pour écarter l'idée d'une Europe à plusieurs vitesses, Jean-Claude Juncker va appeler les Etats membres à plus de solidarité et à rejoindre l'euro après le départ des Britanniques. Il devrait également proposer que l'Union européenne ne finance plus les partis qui ne respectent pas les valeurs fondamentales de l'Europe.

Le libre-échange avant tout

En matière commerciale, il propose de mieux surveiller les investissements étrangers, par exemple chinois, dans des domaines stratégiques. Son étendard devrait toutefois rester le libre-échange. Ses conseillers parlent d’une politique commerciale ouverte, mais pas naïve.

Le Luxembourgeois doit aussi annoncer l'ouverture des marchés vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande, après la mise en œuvre du CETA – l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada – prévue fin septembre, malgré un rapport commandé par Emmanuel Macron. Rapport très critique sur les conséquences de cet accord pour l'environnement et pour l'élevage en France.