rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Allemagne Angela Merkel

Publié le • Modifié le

Immigration: interrogée par des Allemands, Merkel défend ses positions

media
Affiches électorales d'Angela Merkel et de Martin Schulz dans une rue de Berlin, le 11 septembre 2017. REUTERS/Fabrizio Bensch

Une Allemagne en miniature avec des électeurs en studio représentants le pays dans toutes ses différences. Au centre, Angela Merkel. Tel était le concept de l'émission télévisée d'hier soir à deux semaines des élections. La chancelière, avant son challenger Martin Schulz dans une semaine, a été interrogée sur des sujets de la vie quotidienne : l'avenir des retraites, les jardins d'enfants, le prix du lait, l'industrie automobile mais aussi l’immigration.


Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Dès la première question d'un jeune de 18 ans qui votera pour la première fois le 24 septembre, le sujet est évoqué. Ce futur électeur veut être rassuré : une limite maximum de réfugiés prônée par les alliés bavarois d'Angela Merkel, la CSU, est-elle possible ? La chancelière se répète : « Non, j'y suis opposée. Il n'en est pas question. »

Alors qu'un parti d'extrême-droite s'apprête à entrer au Parlement allemand pour la première fois depuis la guerre, les voix critiques de la politique migratoire de la chancelière ne pouvaient pas manquer.

Etre « fiers » de l'accueil des migrants

Un participant est inquiet et se demande si son pays dans les décennies à venir ne va pas être envahi par les étrangers dont l'accueil se ferait au détriment des Allemands « de souche ». Réponse de la chancelière : « Nous n'avons coupé aucune prestation sociale. Au contraire, elles ont été augmentées. L'année 2015, avec l'arrivée de nombreux migrants, ne se répètera pas. Il s'agissait d'une situation humanitaire d'urgence et je trouve que nous pouvons en être fiers. »

Un étudiant d'origine iranienne bien intégré regrette que depuis deux ans, certains le regardent de travers voyant en lui un terroriste en puissance. Angela Merkel propose aux deux intervenants de dialoguer ensemble après l'émission.

Chronologie et chiffres clés