rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Royaume-Uni Terrorisme Culture Musiques

Publié le • Modifié le

Royaume-Uni: la Manchester Arena rouvre ses portes, quatre mois après l'attentat

media
Des policiers montent la garde à l'entrée de la Manchester Arena, le soir de sa réouverture, samedi 9 septembre 2017. REUTERS/Phil Noble

La Manchester Arena a rouvert ses portes samedi 9 septembre, près de quatre mois après l'attentat à la bombe qui a fait 22 morts en mai dernier. Plusieurs milliers de spectateurs ont assisté à un concert de bienfaisance emmené notamment par l'ancienne moitié du groupe Oasis, Noel Gallagher, tandis que plusieurs personnalités sont venues s'exprimer sur scène pour marquer cet hommage aux victimes.


Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

Tête d'affiche d'un concert aux accents à la fois joyeux et douloureux, Noel Gallagher a clôturé une soirée chargée par l'émotion. Originaire de Manchester, il a tenu à interpréter sa chanson « Don't look back in anger », devenue après l'attentat l'hymne de la ville.

Malgré les mesures de sécurité drastiques et l'appréhension à l'idée de revenir dans des lieux qui portent encore les marques de l'attaque du 22 mai, les spectateurs ont exprimé leur immense plaisir d'avoir pu écouter des artistes comme les Stone Roses, Blossoms, ou les Courteeners mais aussi leur fierté d'avoir grâce à ce rendez-vous caritatif contribué à récolter des fonds pour la création d'un mémorial au cœur de la ville.

Auparavant, le poète Tony Walsh avait déjà soulevé une immense vague d'émotion parmi les spectateurs en reprenant à nouveau son ode à la ville de Manchester intitulée « This is the place ». Mais au lieu de réclamer une minute de silence à la mémoire des victimes, le poète a demandé à la foule de faire le plus de bruit possible, une manière de défier les terroristes et leur signifier que la ville ne serait jamais réduite au silence.

Chronologie et chiffres clés