rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Espagne Maroc

Publié le • Modifié le

Espagne-Maroc: une cellule jihadiste démantelée

media
«Nous n'avons pas peur», mot d'ordre de ce défilé géant contre le terrorisme, à Barcelone (Espagne), le 26 août 2017, après les attentats qui ont endeuillé la capitale catalane. REUTERS/Juan Medina

 Les autorités espagnoles et marocaines ont annoncé, mercredi 6 septembre, l'arrestation de six hommes, membres d'une « cellule terroriste jihadiste » qui préparait des « attaques de grande envergure » en Espagne et au Maroc.


Les arrestations de ces six terroristes présumés ont été annoncées trois semaines après les attentats revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI) qui ont fait seize morts et plus de 120 blessés en Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne. Ces attaques avaient été perpétrés par des jeunes hommes - de nationalité marocaine - ayant grandi en Espagne. « La police nationale (espagnole) et la Direction générale de sécurité du territoire du Royaume du Maroc ont démantelé une cellule terroriste jihadiste composée de six individus, dont un arrêté à Melilla et cinq au Maroc », indique un communiqué du ministère espagnol de l'Intérieur publié le mercredi 6 septembre 2017 à Madrid.

« Attaques de grande envergure »

« L'enquête de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) du Royaume du Maroc a mis en évidence que ce groupe avait planifié des attaques terroristes de grande envergure, en tenant des réunions nocturnes restreintes, durant lesquelles ils réalisaient des sessions d'entraînement physique et simulaient des assassinats par décapitation », selon l'Intérieur à Madrid. De son côté, l'agence marocaine de presse MAP, citant un communiqué du ministère marocain de l'Intérieur, évoque « des entraînements sur la manière d'exécuter des opérations d'égorgement à l'aide d'armes blanches ».

Cellule active « dans la région de Beni Chiker »

Selon la MAP, la cellule « s'activait dans la région de Beni Chiker dans la banlieue de Nador » (nord-est du Maroc). Cinq des suspects arrêtés sont de nationalité marocaine dont un résidant légalement en Espagne. Le sixième est « de nationalité espagnole et d'origine marocaine ».

Selon la police espagnole, le dirigeant de la cellule démantelée est un Espagnol de 39 ans d'origine marocaine, résidant dans l'enclave espagnole de Melilla dans le nord du Maroc. Il a été « arrêté par les autorités du Maroc alors qu'il se trouvait dans ce pays », précise le communiqué. « Il profitait de son poste de travail comme auxiliaire d'éducation dans un centre de rééducation de mineurs pour mener des tâches de recrutement et de radicalisation de ces jeunes en situation de vulnérabilité », selon le ministère espagnol de l'Intérieur, « en suivant la stratégie globale de l'organisation terroriste Daech (l'organisation Etat islamique) ». L'agence MAP évoque « l'arrestation par les services sécuritaires espagnols à Melilla d'un autre complice des membres de cette cellule terroriste ».

 → A (RE)LIRE : Attentats, catastrophes: bien des pays font confiance au «cell broadcast»

Ce coup de filet policier montre deux choses : tout d'abord l'excellente coopération entre les autorités marocaines et espagnoles, essentielle dans la lutte antiterroriste. Ensuite, l'efficacité des forces de l'ordre espagnoles qui ont arrêté 199 islamistes depuis 2015 et qui auraient déjoué une bonne vingtaine d'attentats, notamment celui prévu il y a deux ans dans le métro de Barcelone.

Chronologie et chiffres clés