rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Royaume-Uni Brexit

Publié le • Modifié le

Royaume-Uni: le ministre du Brexit David Davis chahuté par les députés

media
Le ministre du Brexit David Davis à son arrivée à Downing Street, ce mardi 5 septembre 2017. REUTERS/Hannah McKay

Alors que les députés britanniques faisaient leur rentrée à Westminster, mardi 5  septembre, le ministre en charge du Brexit est venu rendre compte de l'avancée des négociations entre l'UE et le Royaume-Uni à la chambre des Communes. Et David Davis a dû admettre que tout n'allait pas pour le mieux.


Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

Après une troisième semaine de négociations tendues entre Londres et Bruxelles, le ministre du Brexit n'a pas reçu meilleur accueil de retour devant les députés britanniques. David Davis n'a pas caché sa frustration en expliquant que les désaccords restaient « significatifs » concernant la facture du divorce et a accusé l'Union européenne de ne pas être aussi flexible et pragmatique que Londres.

Mais le ministre s'est fait bruyamment chahuter lorsqu'il a évoqué des progrès concrets : « A l'ouverture de ces négociations, les deux parties étaient d'accord pour progresser en priorité sur les droits des citoyens, le règlement financier du Brexit et la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, et c'est exactement ce que nous avons fait (rires-chahut). Personne n'a jamais prétendu que ce serait facile (rires). J'ai toujours dit que ces négociations seraient dures (rires), complexes et à certains moments conflictuelles. »

Et tandis que David Davis disait espérer élargir les discussions à la question de futurs accords commerciaux après le mois d'octobre, l'opposition travailliste lui a rétorqué que « les rêves fantaisistes étaient en train de se heurter à la réalité » et que l'absence d'avancées était extrêmement inquiétante alors que la première phase de négociations doit s'achever le mois prochain.

Chronologie et chiffres clés