rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Angela Merkel Martin Schulz

Publié le • Modifié le

Législatives allemandes: la question turque crispe la fin de campagne

media
Angela Merkel et Martin Schulz lors du débat télévisé du dimanche 3 septembre 2017. Mediengruppe RTL Deutschland (MG RTL D)/Handout via REUTERS

Les relations germano-turques restent toujours des plus tendues. L'arrestation d'un couple d'Allemands d'origine turque en fin de semaine à Antalya a provoqué de vives réactions à Berlin et à Ankara. Le sujet s'est aussi invité dans la campagne électorale. Angela Merkel, lors de son dernier discours au Parlement avant le scrutin du 24 septembre, a plaidé pour une suspension ou une fin des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.


Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Les relations avec la Turquie ont été un des rares moments du débat entre Angela Merkel et son challenger Martin Schulz dimanche où une position divergente apparaissait entre les deux responsables.

Le président du SPD, dont le parti a toujours soutenu l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, annonçait que s'il devenait chancelier, il mettrait fin aux négociations avec Ankara. Angela Merkel, dont le parti chrétien-démocrate a historiquement toujours été opposé à une telle adhésion, lui préférant un partenariat privilégié, est apparue moins ferme.

Dans son dernier discours au Bundestag, la chancelière a réitéré ses inquiétudes face à l'évolution en Turquie et promis de tout faire pour obtenir la libération de ces concitoyens qui y sont emprisonnés.

Suspension ou un arrêt définitif des négociations

Angela Merkel a annoncé qu'elle plaiderait au Conseil européen d'octobre pour une suspension ou un arrêt définitif des négociations d'adhésion avec la Turquie tout en soulignant la nécessité d'obtenir pour cela le soutien des partenaires européens.

« Je vais m'engager en faveur d'une démarche ferme mais en discutant avec nos partenaires européens, a-t-elle déclaré. Car offrir à la Turquie le spectacle d'une Union européenne divisée sur la question des négociations d'adhésion serait contreproductif. »

L'annonce qu'un des deux Allemands arrêtés en fin de semaine dernière en Turquie avait été relâché hier a été interprétée comme un geste de bonne volonté d'Ankara, réagissant au débat Merkel-Schulz de dimanche soir où la menace d'un arrêt de ces négociations se concrétisait.

Chronologie et chiffres clés