rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»

France Roumanie Emmanuel Macron Union européenne Emploi et Travail

Publié le • Modifié le

Travailleurs détachés: Emmanuel Macron reçoit le soutien de la Roumanie

media
Les présidents français Emmanuel Macron et roumain Klaus Ioannis à Bucarest, ce jeudi 24 août 2017. Photos/Octav Ganea via REUTERS

Après l'Autriche mercredi, Emmanuel Macron était en Roumanie ce jeudi 24 août. Il a obtenu le soutien de Vienne mais aussi de Prague et de Bratislava, tous d'accord pour réformer la directive européenne sur les travailleurs détachés. L'Autriche est comme la France confrontée à un phénomène que beaucoup considèrent comme une mise en concurrence déloyale des travailleurs de l'Union européenne. A l'inverse, les travailleurs roumains ont, eux, plutôt profité de cette directive.


Avec notre envoyée spéciale à Bucarest, Dominique Baillard

Le président Iohannis s'est d'abord montré indécis : « Je ne suis ni pour ni contre », a-t-il déclaré à la presse, pour finalement reconnaitre que le mécontentement des Français était bien réel et aussi légitime que le souhait des Roumains de travailler sous ce régime, en France par exemple.

Pour clarifier cette directive qui ouvre la porte à la fraude, le président roumain soutient donc le projet d’Emmanuel Macron et espère qu’un accord sera trouvé au prochain conseil social en octobre. A une condition : que le sort du transport routier soit dissocié. A ce sujet, le président français a levé les doutes, expliquant que ce secteur ferait l’objet d’une négociation ultérieure. Il marque donc un nouveau point dans sa croisade est-européenne contre le dumping social.

Sur la base de cette entente cordiale, la Roumanie a glissé un mot sur sa priorité : l’entrée dans l’espace Schengen promise depuis 2011. Et le président français de tempérer : « Oui je vous soutiens, mais il faut d’abord qu’on réforme cet espace avant d'accepter de nouveaux membres ».

(Re) lire : Travailleurs détachés: «une trahison de l'esprit européen», estime Macron

Chronologie et chiffres clés