rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Zimbabwe: édition spéciale sur RFI entre 8h30 et 9h (heure de Paris)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Russie Internet Etats-Unis Réseaux sociaux racisme

Publié le • Modifié le

Russie: des sites néonazis américains sous les feux des projecteurs

media
Des groupes racistes américains se sont installés sur Vkontakte. https://vk.com/about

Des sites néonazis américains font parler d’eux en Russie. The Daily Stormer, notamment, a pris un nom de domaine russe après avoir été bloqué aux Etats-Unis. Ce site est accusé d’avoir aidé au rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville, où une militante antiraciste a été tuée.


Avec notre correspondante à Moscou,

The Daily Stormer a pris un nom en « .ru » la semaine dernière, mais ça n’a pas duré longtemps. Rapidement, l’agence russe de surveillance des médias a ordonné à l’hébergeur, Ru-Center, de fermer le site.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, n’a pas manqué de s’en féliciter : « Nous voudrions souligner une nouvelle fois que l'idéologie extrémiste et la propagande de ces idées n'ont pas leur place dans notre pays », a-t-elle assuré.

Et d'ajouter : « Nous appelons les autorités d'autres pays à agir aussi rapidement et fermement envers les sites de ce genre qui diffusent, avec la complaisance des organismes étrangers compétents, un contenu reconnu comme extrémiste par les tribunaux russes. »

Une loi contre « l'extrémisme » aux contours flous

En Russie, une loi contre « l’extrémisme » existe en effet, mais elle est vague et permet des condamnations pour des délits d'opinion. Ainsi, critiquer l’annexion de la Crimée ou débattre de l’action de l’armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale est considéré comme de l’extrémisme et peut vous mener en prison pour plusieurs années.

Ces opinions ne sont pas forcément considérées de la même façon dans les pays voisins, ce qui provoque souvent des tensions diplomatiques, d'où la remarque de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Les racistes américains sur des réseaux sociaux russes

Pire, cette loi n’empêche pas forcément les groupes racistes de s’exprimer. Ainsi, The Daily Stormer a un groupe sur Vkontakte, le Facebook russe, et il n’est pas le seul ! On y trouve également d’autres groupes suprémacistes américains comme la Ligue du Sud, ainsi que des groupuscules néonazis européens.

On peut même y voir des symboles nazis, qui sont pourtant interdits en Russie. Alexandre Verkhovski, qui étudie le racisme et le nationalisme en Russie, estime que les autorités russes ne s’en soucient pas, tant que ce ne sont pas des groupes russes et qu’ils ne s’expriment pas en langue russe.

Chronologie et chiffres clés