rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Foot: Paris s'incline à Liverpool (3-2) et Monaco perd contre l'Atlético de Madrid (1-2) lors de la 1ère journée de la Ligue des champions

Russie Ebola Santé et Médecine Guinée

Publié le • Modifié le

Ebola: un vaccin russe testé en Guinée

media
Une équipe de la Croix-Rouge évacue un homme suspecté d'être infecté par le virus Ebola, le 30 janvier 2015 à Forécariah en Guinée (Photo d'illustration). REUTERS/Misha Hussain

La Russie entame des essais cliniques d'un vaccin contre le virus Ebola. C'est le ministère russe des Affaires étrangères qui en a fait l'annonce, ce vendredi 18 août. Une campagne de vaccination de 2 000 volontaires a commencé en Guinée. Elle doit se poursuivre au cours de l'année 2018.


Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

La Guinée a donné son accord pour que le vaccin soit testé à Kindia, dans le centre de traitement et de recherche microbiologique et épidémiologique construit par la société russe Rusal. La société, qui est l'un des principaux producteurs de bauxite du pays, avait investi 10 millions de dollars dans ce centre lorsque la Guinée a été touchée par l'épidémie d'Ebola en 2015.

En janvier 2016, la ministre russe de la Santé avait annoncé la mise au point d'un vaccin contre la fièvre Ebola par le centre de recherche Gamaleya. Le mois suivant, le vaccin GAM Evac Combi avait fait l'objet d'une présentation à l'OMS à Genève.

Lors de la visite d'une délégation russe à Conakry en avril dernier, un accord de coopération a été signé entre les ministères russe et guinéen de la Santé, concernant les aspects pratiques pour une première campagne de vaccination avec des volontaires.

En juillet dernier, le ministère de la Santé a créé un comité national avec des chercheurs russes et guinéens, chargé de suivre l'évolution du programme, et 1 000 doses de vaccins ont été envoyées en Guinée. Le programme prévoit que les essais cliniques portent sur 2 000 volontaires qui seront vaccinés d'ici fin 2018.

Chronologie et chiffres clés