rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)

Royaume-Uni Union européenne Theresa May Brexit

Publié le • Modifié le

Brexit: deux ténors du gouvernement May affichent leur unité dans la presse

media
Le chancelier de l'Echiquier Philipp Hammond (à gauche), et le ministre en charge du Commerce international Liam Fox, le 18 mai 2017 à Halifax. REUTERS/Phil Noble/File Photo

Le Royaume-Uni ne sortira pas de l’Union européenne par la « porte dérobée » et quittera complètement le marché unique et l’union douanière en mars 2019. Cette déclaration a été faite ce dimanche 13 août 2017 par deux ministres britanniques, pourtant souvent en désaccord.


Avec notre correspondante à Londres,  Marina Daras

Après des semaines de querelles au sein du gouvernement, certains ministres semblent prêts à enterrer la hache de guerre. Liam Fox, le ministre en charge du Commerce international, et Philip Hammond, son collègue au ministère des Finances, donnent l’impression d’avoir finalement trouvé un terrain d’entente.

Ils ont signé ce dimanche une tribune dans le journal dominical The Sunday Telegraph, où ils ont tous deux déclaré être favorables à la mise en œuvre d’une période de transition « limitée dans le temps », mais qui échelonnerait en douceur la sortie de l’Union européenne.

Cela renforcerait l’intérêt national et apporterait plus de stabilité aux entreprises britanniques sans pour autant retarder le Brexit.

Avec cette tribune, ils espèrent donc « prouver que le gouvernement britannique peut trouver un terrain d’entente sur le Brexit », alors que l’on attend cette semaine la publication d’un document important qui devrait définir le futur de la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande après la sortie de l'UE.

Les disputes entre les ministres avaient fini par inquiéter Bruxelles, qui craignait que les négociations ne prennent du retard à cause des désaccords internes côté britannique. Reste à voir si cette alliance sera assez solide pour tenir jusqu’en mars 2019, date officielle de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

→ À relire : Le gouvernement britannique divisé sur la circulation des personnes

Chronologie et chiffres clés