rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

consommation Union européenne Santé animale Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Œufs contaminés: le nombre de pays concernés augmente, l'UE veut rassurer

media
Dans une ferme avicole en Belgique, près d'Anvers, août 2017. REUTERS/Francois Lenoir

La Commission européenne annonce que 15 pays de l'Union européenne, ainsi que la Suisse et Hong Kong, sont désormais touchés par la crise des oeufs contaminés. Quelles leçons tirer de ce nouveau scandale sanitaire ? Une réunion de crise est prévue le 26 septembre prochain.


Ce sont 15 pays désormais qui sont concernés par cette crise sanitaire, dont plusieurs hors de l’UE: Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, France, Suède, Suisse, Luxembourg, Danemark, Autriche, Slovaquie, Roumanie, Italie et hors UE, la Suisse et Hong Kong. Une crise sanitaire née de l'utilisation dans les élevages avicoles d'un insecticide, le Fipronil, antiparasitaire interdit sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne.

Concernant cette propagation, Daniel Rosario, un porte-parole de la Commission européenne, assure : « L'Union européenne a un des systèmes les plus sophistiqués au monde pour assurer la sécurite alimentaire des consommateurs. Ca montre que le système de traçabilité des produits. C'est ça qui nous permis assez vite d'identifier où ces produits sont partis, dans l'UE ou hors UE ». Il ajoute : « Ici, nous sommes devant l'utilisation d'un produit illégal, d'où la dimension judiciaire ».

Rappelons que deux personnes pour l'instant ont été arrêtées, deux dirigeants de ChickFriend, entreprise néerlandaise chargée de la désinfection dans les élevages. La Commission admet qu'« il y a pourtant des leçons à tirer de cette affaire ». « Il est trop tôt pour l'instant, nous verrons cela le 26 septembre », conclut le représentant.

Dans le même temps, sous le feu des critiques de ses voisins européens, les Pays-Bas reconnaissent que « des erreurs » ont été commises dans la gestion du scandale. « Aurions-nous pu aller plus vite? C'est ce que nous devrons analyser », dit la ministre néerlandaise de la Santé. Une analyse prévue donc lors de la réunion de la Commission et des pays concernés le 26 septembre prochain, précise notre correspondante à Bruxelles, Laxmi Lota.