rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Russie

Publié le • Modifié le

Russie: sorti de sa cellule, Sergueï Oudaltsov appelle à l'union de la gauche

media
L'opposant russe Sergueï Oudaltsov, en conférence de presse à Moscou ce jeudi 10 août 2017. Vasily MAXIMOV / AFP

L’opposant russe Sergueï Oudaltsov revient dans l’arène politique. Après quatre ans et demi de prison, il a tenu ce jeudi 10 août 2017 sa première conférence de presse. Le leader du Front de gauche a appelé à l’union des forces de gauche et a fustigé l’opposition libérale. Une critique à peine voilée de l’opposant Alexeï Navalny.


Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

A peine sorti de prison, Sergueï Oudaltsov règle ses comptes. Il estime que c’est parce qu’il avait fait confiance à certains leaders de l’opposition qu’il a perdu quatre ans de sa vie en prison.

Cette opposition pro-occidentale, qui veut rendre la Crimée, il ne la soutient pas. Car Oudaltsov se définit comme un « patriote », qui soutient les gens défendant leur terre dans le Donbass. A ses yeux, ce sont « des héros ».

Il rend hommage à la politique extérieure de Vladimir Poutine, qu'il qualifie de « ligne patriotique » . Mais il se situe quand même dans l’opposition, à cause de sa politique économique. « Le cours néo-libéral actuel mène le pays dans l’impasse », dit-il.

Il veut une union de la gauche

Celui qui remercie Jean-Luc Mélenchon de l’avoir soutenu quand il était en prison salue aussi la mémoire de Boris Nemtsov, assassiné en février 2015, et qui était parvenu à établir des traits d’union entre toute l’opposition. Il représentait un danger pour le pouvoir qui a su diviser, tuer, envoyer en exil ou en prison, estime-t-il.

Mais aujourd’hui, manifestement, Oudaltsov ne croit plus cette union possible. Alors, il veut unir les forces de gauche, celles qui ne sont pas représentées au Parlement, mais aussi le Parti communiste de Guennadi Ziouganov et Russie juste de Sergueï Mironov, afin de constituer une troisième force et de préparer l’élection présidentielle de mars 2018, pour laquelle, précise-t-il, il ne sera pas candidat.

Chronologie et chiffres clés