rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Effondrement mortel d'un terminal à l'aéroport de Roissy-CDG en 2004: ADP et trois sociétés renvoyés devant le tribunal (source proche)
  • Brexit: «feu vert» pour préparer à Vingt-Sept des discussions commerciales avec Londres (Donald Tusk)
  • Australie: l'industrie a produit sa dernière voiture, un véhicule de marque Holden
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique

Allemagne Automobile

Publié le • Modifié le

Sommet sur le diesel en Allemagne: des solutions jugées a minima

media
Les dirigeants des constructeurs automobiles allemands réunis en sommet à Berlin, le 2 août 2017. AXEL SCHMIDT / AFP

Après les scandales sur des logiciels visant à truquer les émissions de voitures diesel et l'annonce d'une entente secrète entre les constructeurs, cette industrie centrale en Allemagne se retrouve sous pression. Constructeurs et pouvoirs publics se sont réunis ce mercredi 2 août afin de présenter des solutions.


Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« Une débâcle », « un échec grandiose » : les réactions des organisations de défense de l’environnement sont cinglantes. Pour elles, le sommet sur le diesel a accouché d’une souris.

Plus de cinq millions de véhicules diesel, les plus modernes, vont être rappelés. Leurs logiciels seront modifiés pour réduire leurs émissions d’oxyde d’azote. La moitié de ces rappels étaient déjà prévus par Volkswagen, ce qui réduit le bilan de la rencontre. L’organisation DUH, en pointe dans la lutte contre la pollution, estime que seul un véhicule diesel sur cinq est concerné et que les émissions au total ne seront réduites que marginalement.

Le ministre conservateur des Transports Alexander Dobrindt a salué cette avancée qui doit permettre pour lui de parvenir très vite à une « réduction des émissions ». La ministre sociale-démocrate de l’Environnement Barbara Hendricks a eu des mots plus fermes à l’égard des constructeurs automobiles et aurait souhaité aller plus loin : « Les constructeurs automobiles commencent à comprendre qu’ils sont sous pression et doivent réagir pour réparer les dommages causés. Les résultats d’aujourd’hui ne suffisent pas. »

Les constructeurs veulent par ailleurs proposer des primes pour inciter les propriétaires de voitures diesel les plus anciennes à acheter un modèle plus moderne et donc plus propre. Pour les experts, ces mesures modestes ne suffiront pas à supprimer l’épée de Damoclès qui menace les constructeurs et les particuliers, à savoir des interdictions de circuler pour les voitures les plus polluantes dans les grandes villes.

Chronologie et chiffres clés