rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Ouzbékistan médias Droits de l’homme Russie

Publié le • Modifié le

Russie: un journaliste ouzbek menacé d’expulsion

media
Le tribunal régional de Moscou. REUTERS/Valentyn Ogirenko

Inquiétude pour un journaliste ouzbek menacé d’expulsion par la Russie. L’organisation Amnesty International craint qu’il ne soit torturé s’il est renvoyé dans son pays d’origine. D’après le dernier rapport de l’organisation, la torture est une pratique courante dans ce pays pour les personnes soupçonnées d’être des opposants.


Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Khoudoberdi Nourmatov est né en Russie où il a grandi, mais il est de nationalité ouzbek. Sa mère, sa sœur et son frère sont citoyens russes. A la fin de ses études en 2008, il a tenté de s’installer en Ouzbékistan. Mais les services de sécurité intérieure ouzbeks ont voulu l’enrôler, ce qu’il a refusé. Il a été torturé, et est parvenu à fuir un an plus tard. Depuis, il vit en Russie et travaille, sous le pseudonyme de Ali Ferouz, pour le journal indépendant Novaya Gazeta. Il y traite notamment des sujets de société et de la situation des migrants. Il milite également au sein de l’organisation Amnesty International.

Khoudoberdi Nourmatov a fait une demande d’asile qui a été rejetée. La Russie accorde le statut de réfugiés au compte-gouttes, à peine quelques dizaines de personnes par an. Il a fait appel de cette décision. Mais d’après les autorités, il est en infraction avec la législation migratoire, et il a déjà été arrêté et incarcéré pendant quelques jours en mars dernier. Ces proches craignent qu’il ne soit torturé s’il est renvoyé en Ouzbékistan, d’autant plus qu’il est homosexuel, et qu’il peut à ce titre être condamné à une peine allant jusqu’à 3 ans de prison.

Chronologie et chiffres clés