rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Effondrement mortel d'un terminal à l'aéroport de Roissy-CDG en 2004: ADP et trois sociétés renvoyés devant le tribunal (source proche)
  • Brexit: «feu vert» pour préparer à Vingt-Sept des discussions commerciales avec Londres (Donald Tusk)
  • Australie: l'industrie a produit sa dernière voiture, un véhicule de marque Holden
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique

Etats-Unis renseignement EI Syrie Irak Terrorisme

Publié le • Modifié le

173 jihadistes prêts à frapper l'Europe pour venger les déboires de l'EI?

media
L'entrée du siège d'Interpol, à Lyon, dans le sud-est de la France. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Un bataillon de jihadistes prêt à commettre des actes suicides sur le sol européen, pour venger la défaite du groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. L’information est encore à prendre au conditionnel, mais elle est étudiée de près par Interpol. Selon nos confrères du Guardian, l'Organisation internationale de police criminelle a reçu du FBI américain une liste de 173 jihadistes prêts à passer à l’action.


Noms, photos, dernières adresses connues des suspects et dates de recrutement : ces documents évoqués par The Guardian ont été retrouvés par les services secrets américains via des « canaux de confiance », comme l'on dit dans le jargon du renseignement, dans des caches des combattants de Daech en Irak et en Syrie. La liste de 173 noms a ensuite été transmise par le FBI aux polices européennes.

Ces potentiels combattants prêts à venger le califat de l’Etat islamique, qui a vu ses bastions s’effondrer un à un ces dernières semaines, auraient selon Interpol « été formés à la fabrication et à l’installation d’engins explosifs susceptibles de causer un grand nombre de morts et de blessés ». Rien ne dit pour l’instant qu’un seul de ces suspects ne soit sorti des zones de conflit ou déjà sur le territoire européen.

Rien ne permet d’affirmer que cette information soit associée à une « actualité immédiate », indique l’organisation internationale Interpol, citée par nos confrères du Parisien. Interpol, dont le siège est à Lyon, en France, cherche à vérifier la fiabilité du renseignement, en recoupant avec ses partenaires un maximum d’informations sur les suspects : casiers judiciaires, numéros de passeport, présence sur les réseaux sociaux, derniers voyages effectués et données biométriques.

Chronologie et chiffres clés