rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Etats-Unis: mort de Jerry Lewis, humoriste et acteur américain très populaire, à l'âge de 91 ans, à Las Vegas

Angela Merkel Pape François Vatican Allemagne

Publié le • Modifié le

Le pape et Angela Merkel évoquent menace terroriste et changements climatiques

media
Le pape François et la chancelière allemande Angela Merkel ont affiché leur complicité devant les photographe, samedi 17 juin. Osservatore Romano/Handout via REUTERS

Angela Merkel a été reçue ce samedi matin en audience par le pape François. C’est la quatrième rencontre privée entre la chancelière allemande et le souverain pontife au Vatican.


Avec notre correspondant au Vatican,  Olivier Bonnel

Il y a trois semaines, les visages étaient particulièrement crispés quand François avait reçu Donald Trump. Ce samedi, le climat était beaucoup moins glacial entre le pape et la chancelière allemande. Poignées de main chaleureuses, rires, ils ont affiché leur complicité devant l’œil des photographes.

Durant leur entretien d’une quarantaine de minutes, les deux dirigeants ont évoqué la lutte contre le terrorisme, mais aussi contre la faim dans le monde ou encore contre les dérèglements climatiques. Des thématiques chères au Saint-Siège alors qu’Angela Merkel sera l’hôte du G20 à Hambourg dans trois semaines.

Au cours de leur rencontre, le pape a également évoqué la figure d’Helmut Kohl, mort hier. Dans un communiqué, le Saint-Siège a rendu hommage à « son œuvre infatigable en faveur de la réunification de l'Allemagne et de l'unité de l'Europe ».

Preuve de son intérêt pour les chantiers du Vatican, la chancelière allemande a rencontré vendredi soir les membres de la commission de protection des mineurs, mise en place par François, et chargée de lutter contre la pédophilie. Après la rencontre, Angela Merkel s’est félicitée d’être en phase avec le pape sur « la nécessité d’abattre les murs ». Des mots que François avait prononcés en mai 2016 en recevant le Prix Charlemagne des mains des responsables européens, sous les yeux de la chancelière allemande.

Chronologie et chiffres clés