rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Malte

Publié le • Modifié le

Malte: le Premier ministre joue son avenir politique lors d’élections anticipées

media
Le Premier ministre Joseph Muscat, 43 ans, pose pour un selfie avec une de ses supportrices lors d'un meeting à Qormi, le 30 mai 2017. REUTERS/Darrin Zammit Lupi

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat joue son avenir politique dans les urnes, ce samedi 3 juin, à l'occasion d'élections anticipées. Aux prises d'un scandale de corruption, il espère gagner et retrouver ainsi sa légitimité. Mais même si les sondages le donnent en tête du scrutin, beaucoup d'électeurs maltais sont encore indécis et une victoire de l'opposition n'est pas à exclure.


La campagne électorale a été dominée par les révélations sur une évasion fiscale à grande échelle, Malte étant accusée d'être un paradis fiscal pour nombre d'entreprises, y compris européennes.

A la suite des « Panama papers », des milliers de documents émanant d'un cabinet d'avocats panaméen, la femme du Premier ministre maltais sortant, Michelle Muscat, a été accusée d'avoir ouvert un compte au Panama pour y abriter, entre autres, des pots-de-vin reçus en échange de l'autorisation donnée à une banque azerbaïdjanaise de travailler à Malte.

Suite à ces accusations, le Premier ministre Joseph Muscat a dénoncé « le plus gros mensonge de l'histoire politique maltaise » et il a promis de démissionner si les faits étaient avérés à la suite d'une enquête qu'il a lui-même demandée.

Joseph Muscat mise sur les bons résultats du pays, une croissance de 4,6% cette année, un budget en excédent et une dette sous la barre des 60% du produit intérieur brut, ce à quoi s'ajoute l'essor du tourisme, qui représente un quart de la richesse du pays et 30% de l'emploi.

Malgré ce bilan, le candidat de l'opposition maltaise, Simon Busuttil, un ancien universitaire, espère à son tour gagner les élections, il martèle en tout cas, « ceux qui ont sali et abîmé, ne peuvent être ceux qui réparent ».

► A (re) lire : Malte: enquête de 13 médias européens sur «les coulisses d'un paradis fiscal»