rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Russie: la banque centrale du pays renfloue Promsviazbank, neuvième banque russe
  • Industrie: LafargeHolcim va réorganiser la structure de sa direction
  • Airbus: le président exécutif Tom Enders ne va pas renouveler son mandat en 2019

Royaume-Uni Brexit

Publié le • Modifié le

Royaume-Uni: Jeremy Corbyn entre en campagne pour les législatives de juin

media
Le leader du Labour britannique, Jeremy Corbyn, lors d'un discours à Londres, le 20 avril 2017. REUTERS/Hannah Mckay

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn est entré en campagne dès ce jeudi 20 avril avec un premier grand discours après le feu vert du Parlement à la tenue d'élections législatives anticipées le 8 juin prochain. Le dirigeant de la principale formation d'opposition a mené une charge contre l'élite représentée selon lui par les conservateurs au pouvoir, qu'il affirme pouvoir battre malgré des sondages au plus bas.


Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

Toujours plus à son aise en tribun devant ses militants que sur les bancs du Parlement, Jeremy Corbyn a mené un discours offensif et passionné contre les élites. Endossant à nouveau son costume de gauchiste radical, le dirigeant travailliste a fait voeu de défendre « le peuple contre l'establishment » en renversant un « système aux règles truquées ».

« La Grande-Bretagne a besoin d'un parti Labour qui ne craint pas d'affronter les cartels de privilégiés qui amassent la richesse de ce pays. Ce sont les riches amis des Conservateurs à la City qui ont fait s'effondrer notre économie. Avec ce scrutin, le Labour veillera à changer les règles et nous bâtirons un pays pour tous plutôt que quelques-uns », a-t-il encore déclaré.

Jeremy Corbyn entend donc être le candidat des petits refusant de jouer selon les règles d'une caste élitiste dans laquelle il inclut les médias, la City et les conservateurs. Ses partisans espèrent que ce message provoque le même effet qu'un Donald Trump aux Etats-Unis ou que les candidats populistes en France. Néanmoins, l'omission du Brexit et d'une position claire des travaillistes en vue des négociations face à Bruxelles risque d'aliéner les électeurs hors du cercle des fidèles.

Chronologie et chiffres clés