rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Russie: la banque centrale du pays renfloue Promsviazbank, neuvième banque russe
  • Industrie: LafargeHolcim va réorganiser la structure de sa direction
  • Airbus: le président exécutif Tom Enders ne va pas renouveler son mandat en 2019

Serbie Aleksandar Vucic

Publié le • Modifié le

Serbie: les manifestations contre Aleksandar Vucic se poursuivent

media
Des manifestants défilent contre Aleksandar Vucic le 5 avril 2017 à Belgrade. REUTERS/Djordje Kojadinovic

Seizième jour de manifestation en Serbie pour les opposants au nouveau président Aleksandar Vucic élu le 2 avril avec 55% des voix. Les manifestants se sont réunis dans les trois villes les plus importantes de Serbie, en particulier à Belgrade, la capitale du pays.
 


Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

Les protestataires étaient près de 2 000 à s'être donnés rendez-vous à Belgrade. Le mot d'ordre a été lancé sur les réseaux sociaux. Il n'y a pas d'organisation apparente. Dans la foule, on retrouve deux tiers d'étudiants et un tiers de retraités. Ils dénoncent l'élection dès le premier tour du nouveau président et ancien Premier ministre Aleksandar Vucic.

« Le régime d Aleksandar Vucic est une dictature. Son frère et sa famille contrôlent la plupart de l'immobilier dans ce pays. Aucune loi n'est respectée », s'emporte un étudiant présent à la manifestation.

Vucic comparé à Milosevic

Il n'y avait pas eu de contestation populaire en Serbie depuis l'indépendance du Kosovo en 2008 ou bien encore la fin du dictateur Slobodan Milosevic en 2000. Les protestataires comparent Vucic et Milosevic, comme ce retraité. « En 2000, j'avais 60 ans et j'étais dans la rue. Aujourd'hui, l'obscurité est de nouveau sur le pays. Et Vucic dit que 10 ans de manifestation n'y changeront rien. Je serai dans la rue chaque jour, tant que je peux marcher », affirme-t-il.

Le mouvement semble perdre son élan. Il y a dix jours, des manifestations se tenaient dans plus de vingt municipalités. Mardi 18 avril, il n'y a eu des rassemblements que dans les trois plus grosses villes du pays. La foule demande plus de libertés pour les médias et plus de contrôle démocratique sur le gouvernement. Ils ont peu de chances d'être entendus. Le mouvement va cependant en tout cas se poursuivre et une plus grande manifestation est convoquée pour le 25 avril.