rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Libye: au moins 22 morts dans un double attentat à Benghazi
  • Davos: Trump rencontrera May, Netanyahu, Kagame (Maison Blanche)
  • Maduro se dit prêt à se présenter à sa réélection à la présidentielle au Venezuela
  • Trump va appeler Erdogan pour évoquer l'offensive turque en Syrie (officiel)
  • Offensive turque en Syrie: Macron dit sa «préoccupation» à Erdogan (Elysée)
  • Libre-échange: Trump juge que les négociations sur l'Aléna «avancent bien»
  • France/Corse: Gilles Simeoni, déçu par l'attitude de l'Etat, appelle à "une grande manifestation" (tweet)
  • Venezuela: le gouvernement convoque une élection présidentielle anticipée avant fin avril

Russie

Publié le • Modifié le

L'Arctique, nouvel eldorado de la Russie, et pas seulement

media
Un ours polaire dans l'archipel Svalbard, dans l'Arctique. Getty Images/E+/Dag SjAstrand

Le quatrième Forum international Arctique se tient ce jeudi à Arkhangelsk en Russie. Tous les pays bordant l'Arctique sont représentés : le Canada, les Etats-Unis, la Norvège, le Danemark, avec le Groënland, et bien sûr la Russie, mais aussi des pays intéressés par les enjeux commerciaux, comme la Chine ou le Japon. Car l'Arctique devient un lieu stratégique, avec des enjeux militaires et commerciaux, et cela d'autant plus que la fonte des glaces en facilite l'exploitation. Et la Russie a depuis quelques années fait connaitre ses ambitions.


Avec notre correspondante à MoscouMuriel Pomponne

Dimitri Rogozine, vice Premier ministre russe chargé du complexe militaro-industriel, expliquait dès 2015 : « L'Arctique, c'est notre territoire, nous en assurerons la sécurité. Et nous y ferons aussi de l'argent ».

Et pour affirmer sa présence, la Russie a déployé une armada de 40 brises-glace dans la région, dont un tout nouveau brise-glace militaire.. Elle a aussi lancé la construction d'une base, et orchestré des grandes manoeuvres militaires.

Mais la Russie veut surtout prouver que le plateau continental s'étend au-delà de la limite actuelle des 200 milles nautiques, pour revendiquer 1,2 millions de kilomètres carrés supplémentaires.

Car l'Arctique renfermerait 20% des réserves d'hydrocarbure mondiale. Et la région contrairement à l'Antarctique, n'est pas sanctuarisée. La zone intéresse les grandes compagnies d'hydrocarbure. A l'exemple du projet gazier titanesque de Total, en cours d'achèvement, au nord de la presqu'ile de Yamal.

Les Russes veulent non seulement exploiter la région, mais ils veulent aussi contrôler les transits des hydrocarbures via le nouveau passage du nord reliant l'Atlantique au Pacifique. Une route sur laquelle les autres pays riverains, le Canada, les Etats-Unis, la Norvège et le Danemark ont l'intention d'avoir un droit de regard .

Chronologie et chiffres clés