rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Allemagne Angela Merkel Donald Trump Otan

Publié le • Modifié le

Berlin rejette les accusations de Donald Trump sur l'Otan

media
La ministre de la Défense allemande Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse à Berlin, le 4 juin 2014. REUTERS/Thomas Peter

La ministre allemande de la Défense a rejeté ce dimanche les accusations du président américain Donald Trump formulées la veille dans un tweet, selon lesquelles l'Allemagne devait d'importantes sommes d'argent à l'Otan et aux Etats-Unis, du fait de dépenses militaires insuffisantes. Donald Trump s'est livré à cette diatribe contre l'Allemagne moins de 24 heures après sa rencontre à Washington - dans une ambiance tendue - avec la chancelière allemande Angela Merkel.


« Il n'existe pas de compte où sont enregistrées des dettes au sein de l'Otan », c'est ce qu'a déclaré Ursula von der Leyen, ministre de la Défense, en réponse aux propos formulés la veille par le président américain.

Donald Trump a fustigé Berlin, l'accusant de devoir d'énormes sommes d'argent à l'Otan et a appelé l'Allemagne à payer plus pour la défense « très puissante et très coûteuse » qui lui est fournie. Pourtant, la chancelière allemande venait de s'engager un peu plus tôt dans son entrevue avec le président américain à respecter un engagement pris à l'Otan en 2014, à savoir d'augmenter les dépenses militaires jusqu'à 2 % du PIB dans un délai de 10 ans.

Seuls 5 pays sur les 28 membres de l'Otan atteignent ce niveau. La ministre de la Défense a tout de même précisé que l'augmentation du budget ne concernerait pas uniquement l'Otan, mais sera également destinée aux missions de paix dans le cadre de l'ONU, aux missions européennes et à la lutte contre l'organisation Etat islamique. Ursula von der Leyen a ajouté qu'il était nécessaire de répartir équitablement les dépenses entre les membres de l'Alliance.

Chronologie et chiffres clés