rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Russie

Publié le • Modifié le

La Russie dément toute implication dans une cyberattaque contre le groupe Yahoo!

media
Le président russe Vladimir Poutine pendant une cérémonie de présentation de lettres de créance des amabassadeurs, au Kremlin, le 16 mars 2017. REUTERS/Maxim Shipenkov

Le Kremlin a démenti jeudi 16 mars toute implication russe dans une cyberattaque massive contre le groupe internet Yahoo, imputée notamment par les autorités américaines à des espions et des hackers russes. L'aataque avit eu lieu en 2014.


Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Pour le Kremlin comme pour la diplomatie russe, « il ne peut absolument pas y avoir d'implication officielle d'une administration russe, y compris le FSB, dans des actes illégaux dans le cyber espace ». La porte-parole du ministère des Affaires étrangères insiste sur le fait que le piratage informatique est illégal en Russie, et que la Russie ne forme pas de hackers.

« Nous avons demandé à nos collègues américains de nous alerter sur leurs soupçons. Mais il y a zéro coopération », insiste-t-elle, ce qui lui fait dire que cette affaire est suspecte et que tout cela fait partie d'une lutte politique interne aux États-Unis.

Elle y voit également « une tentative de détourner l'attention des dernières publications de WikiLeaks », qui sont peu favorables aux capitales européennes notamment en ce qui concerne la cybercriminalité.

Le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, ajoute que « la Russie a toujours été intéressée à coopérer dans la lutte contre la cybercriminalité afin d'assurer la sécurité du cyberespace ». Alors, il note que la Russie n'a pas reçu d'information officielle dans cette affaire, qu'il n'y a que des informations de presse. Il en conclut qu'on ne peut pas considérer qu'il s'agit d'une accusation contre l'Etat russe.

→(Re)lire: La justice américaine identifie deux espions et deux hackers russes

Chronologie et chiffres clés