rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Royaume-Uni Union européenne

Publié le • Modifié le

Le calendrier du Brexit perturbé par les velléités d'indépendance de l'Ecosse?

media
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission Jean-Claude Juncker lors du sommet de l'UE à Bruxelles le 21 octobre 2016. REUTERS/Yves Herman

Il y a 9 mois, les Britanniques donnaient leur aval pour une sortie de l'UE, confirmée lundi soir par le Parlement britannique. Theresa May a désormais le feu vert pour lancer la procédure, conformément à l'article 50 du Traité de Lisbonne. La Première ministre, qui prendra la parole dans la journée devant les députés, s'était fixé comme date butoir le 31 mars pour initier formellement le Brexit, mais les velléités d'indépendance de l'Ecosse rebalaient les cartes.


avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Après avoir obtenu gain de cause la Première ministre britannique va apparaître à la chambre des Communes ce mardi après-midi pour débriefer les députés sur le dernier sommet européen qui s’est tenu la semaine dernière à Bruxelles mais il est clair que tout le monde guettera le plus petit indice qu’elle voudra bien donner sur la date de déclenchement du Brexit. Downing Street avait donné à penser aux médias que ce serait pour ce mardi mais après le coup d’éclat de Nicola Sturgeon lundi, tout a changé et les services de Theresa May ont soudainement refroidi ces attentes.

La déclaration fracassante de la dirigeante nationaliste écossaise, qui a choisi d’annoncer un « indyref 2 », un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, a obligé Theresa May à trouver en catastrophe une réponse à la fois ferme mais aussi diplomatique aux revendications écossaises pour ne pas souffler sur les braises de l’indépendance…

Le gouvernement britannique ne veut absolument pas de ce référendum et va devoir trouver un moyen de le retarder pour ne pas qu’il gêne les négociations sur le Brexit. Mais le recul de Theresa May serait aussi lié à la volonté d'éviter que l'annonce du démarrage du processus de séparation d'avec l'Union européenne n'interfère avec les élections aux Pays-Bas, mercredi, et les célébrations du 60e anniversaire du Traité de Rome, la semaine prochaine. Certains parient donc désormais sur la date du 27 mars.

Chronologie et chiffres clés