rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Union européenne Otan

Publié le • Modifié le

A Bruxelles, le vice-président américain rassure les partenaires européens

media
Le vice-président américain Mike Pence lors de son allocution au siège de l'Otan à Bruxelles le 21 février 2017. REUTERS/Virginia Mayo/Poo

Le vice-président américain, Mike Pence, était à Bruxelles ce lundi 21 février où il a rencontré la chef de la diplomatie européenne, le président du Conseil européen, Donald Tusk, et celui de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avant de se rendre à l'Otan. Objectif : rassurer ses partenaires européens sur le futur de la relation transatlantique.


Avec notre bureau à Bruxelles

Une rencontre dont les Européens avaient bien besoin. C’est ainsi que le président du Conseil européen Donald Tusk a résumé son entretien avec Mike Pence. Il faut dire que les dirigeants de l’UE ont été quelque peu désorientés par les propos de la nouvelle administration américaine sur le Brexit qualifié de succès, sur l’éclatement de l’Europe considéré comme probable. Le vice-président américain a donc fait la tournée des institutions européennes pour délivrer le même message.

« Aujourd'hui j'ai le privilège, au nom du président Trump, d'exprimer l'attachement profond des Etats-Unis à poursuivre la coopération et le partenariat avec l'Union européenne. Quelles que soient nos différences, nos deux continents ont un héritage commun, les mêmes valeurs et, par-dessus tout, la même volonté de promouvoir la paix et la prospérité grâce à la liberté, la démocratie et l'état de droit ».

Sur la forme, le message est donc plutôt rassurant. Mais les doutes ne sont pas tous levés sur le futur de la relation transatlantique. Les paroles seront-elles suivies d’actes ?

Mike Pence s’est ensuite rendu au siège de l’Otan, où il a rappelé que les Etats-Unis espéraient un meilleur partage du fardeau sécuritaire, et que Washington souhaitait voir des progrès avant la fin de cette année. Une sorte d’ultimatum ? Là encore, il faudra attendre les actes.

Chronologie et chiffres clés