rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Pologne

Publié le • Modifié le

Pologne: les encombrants ministres du nouveau gouvernement

media
L'embarrassant futur ministre de la Défense polonais Antoni Macierewicz, le 9 novembre 2015 devant le siège du parti Droit et justice à Varsovie. REUTERS/Kacper Pempel

Un ministre de la Défense adepte de la théorie du complot, un chef de la diplomatie virulent à l’égard de Berlin et Bruxelles ou encore un coordinateur des services spéciaux condamné à de la prison ferme. La nouvelle Premier ministre polonaise Béata Szydlo vient d'annoncer la composition de son gouvernement et n'a pas hésité à s'entourer de personnalités troubles.


Un peu plus de deux semaines après la victoire électorale du parti populiste et nationaliste Droit et justice de Jaroslav Kaczynski, la prochaine Premier ministre polonaise Béata Szydlo a présenté la composition de son gouvernement. Les médias polonais s’inquiètent notamment de la nomination de quatre personnalités très controversées à des ministères de premier plan.

Les critiques concernent surtout le nouveau ministre de la Défense, Antoni Macierewicz. Lors de son précédent passage au ministère en tant que secrétaire d’Etat, il a dissout les services de renseignement militaire. A l’occasion de cette opération, les noms de plusieurs agents secrets polonais ont été dévoilés, ce qui a durablement affaibli les services. Depuis le crash de l’avion du président Lech Kaczynski en Russie, il soutient la thèse d’un attentat fomenté par Moscou.

Le nouveau chef de la diplomatie, Witold Waszczykowski, prône, lui, une plus grande fermeté dans les rapports avec Berlin et Bruxelles, afin de « défendre les intérêts polonais ». Quant au ministre de la Justice et au coordinateur des services spéciaux, le premier a été condamné pour diffamation et a évité de justesse un passage devant la Haute Cour de justice, le second a été condamné pour abus de pouvoir à trois ans de prison ferme et dix ans d’interdiction de fonction publique. Mais sa condamnation n’est pas définitive.

Chronologie et chiffres clés