rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Ça va ça va le monde rss itunes

emission_image
Les six lectures de « Ça va, ça va le monde ! » sont diffusées chaque dimanche à 10h10 TU (rediffusion le lendemain à 00h10 TU) et sur RFI.FR, entre le 30 juillet et le 3 septembre 2017.

« Ça va, ça va le monde ! », avec cette exclamation, ce salut, RFI invite spectateurs et auditeurs à appréhender l’actualité du monde par les mots du théâtre. Pour la cinquième année, RFI propose un cycle de lectures de six textes d’auteurs contemporains francophones issus d’Afrique, du Proche-Orient et de l’océan Indien. Après le jardin de la rue de Mons au Festival d’Avignon, ces créations sont à entendre chaque dimanche, à partir du 30 juillet 2017, en exclusivité sur les ondes de la radio mondiale et sur le site rfi.fr, accompagnées de diaporamas. Le cycle est coordonné par Pascal Paradou, adjoint à la directrice de RFI en charge des magazines, et dirigé par le metteur en scène franco-belge Armel Roussel, dont la compagnie (e)utopia participe à la production avec l’aide de Wallonie-Bruxelles International. Réalisation et prise de son : Fabien Mugneret et Matthieu Salabert. Pour écouter les lectures précédentes de «Ça va, ça va le monde!» => cliquez ici [http://www.rfi.fr/tag/ca-va-ca-va-le-monde/]   Lectures en public enregistrées au Festival d’Avignon. « Ça va, ça va le monde !» est également en écoute et en vidéo sur rfi.fr.

Archives

[En intégral] Fatou Diome (Sénégal / France): «Le ventre de l'Atlantique»

[En intégral] Ali Kiswensida Ouédraogo (Burkina Faso): «Les sans»

[En intégral] Laetitia Ajanohum (Belgique/Bénin): «Le Décapsuleur»

[En intégral] Fiston Mwanza Mujila (RDC): «Tram 83»

[En intégral] Koffi Kwahulé (Côte d'Ivoire/France): «Kalakuta Dream»

[En intégral] Hakim Bah (Guinée): «Convulsions», Prix Théâtre RFI 2016

[En intégral] Aristide Tarnagda (Burkina Faso): «Sank ou la patience des morts»