rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Ligue des champions UEFA : Le Paris Saint-Germain affrontera en huitièmes de finale le Borussia Dortmund
  • Réforme des retraites: des responsables de gauche ce lundi en gare de Lyon pour soutenir les grévistes
  • France: Patrick Balkany, hospitalisé, ne sera pas présent à son procès en appel pour fraude fiscale, lundi après-midi
  • Grève durant les fêtes: PCF et LFI dénoncent le «chantage» et le «choix du pourrissement» du gouvernement français
  • Diplomates chinois expulsés: Pékin dénonce une «faute» des États-Unis (ministère)
  • Réforme des retraites: «il ne faut pas politiser Noël», lance Éric Woerth (LR) sur LCI
  • Huile de palme: l'Indonésie porte plainte contre l'Union européenne devant l'OMC, dénonçant une politique «discriminatoire»
  • L'usine Lubrizol de Rouen a partiellement redémarré samedi 14 décembre (direction)
  • Liban: nouveau report des consultations pour désigner un Premier ministre (présidence)
  • Grève en France: plus de 620 km de bouchons en Ile-de-France ce lundi matin
Invité Afrique
rss itunes deezer

Le général Bruno Clément-Bollée: il faut «repenser» la stratégie de la France au Sahel

Par Carine Frenk

« Pour sortir du bourbier au Sahel, il est urgent de repenser notre stratégie ». C’est le titre d’une tribune publiée dans le quotidien « Le Monde », par le général français Bruno Clément-Bollée qui est aujourd’hui consultant international en matière de sécurité en Afrique. Au micro de Carine Frenk, il pose un diagnostic sans concession sur Barkhane et le G5 Sahel.

RFI : La France s’enlise au Sahel. Barkhane est conspuée. C’est le constat que vous dressez…

Bruno Clément-Bollée : Oui. C’est un peu effectivement le constat que je dresse et je pense que je ne suis pas le seul à le dresser. On voit bien, et vous l’avez vu ce week-end, que le bilan continue à être effroyable. On se demande où est-ce qu’on va. Et c’est d’autant plus étonnant que les forces internationales sont quand même en nombre, entre la Minusma [Mission ONU au Mali], entre Barkhane [force française], entre le G5 Sahel [Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad], entre Eucap Sahel [Mission européenne] ou EUTM [La Mission de formation de l'Union européenne] et compagnie. Moi, ce que j’observe, c’est le sentiment que ces forces ont perdu l’initiative et qu’en fait, les maîtres du terrain aujourd’hui, ce sont les islamistes. C’est eux qui décident des affrontements, quand ils se font, où ils se font. Ils ont, ce qu’on appelle en terme militaire « pris l’initiative ». Et ça, pour des forces qui sont en place et qui combattent, c’est extrêmement inquiétant parce que la perte d’initiative, c’est le doute, le doute qui commence à s’insinuer.

Et c’est vrai qu’aujourd’hui, Barkhane est très critiquée, de plus en plus critiquée…

Oui, Barkhane est critiquée. Mais pourquoi ? C’est une question à mon sens de perception de la population. Je sais que Barkhane fait très bien son travail, dans des conditions opérationnelles et logistiques extrêmement difficiles. Et je vous assure que j’ai fait beaucoup d’opérations. C’était une performance quotidienne, réalisée chaque jour. Cela n’est pas à mettre en cause, à mon sens. Moi, ce que j’observe, c’est la perception qu’en a la population. Pourquoi ? Parce que la population en a ras-le-bol de la situation sécuritaire qui se dégrade, surtout à l’incurie des forces internationales. Moi, j’observe que, quand il y a un évènement dramatique qui se passe sur le terrain que Barkhane soit là ou pas, systématiquement, parce que peut-être elle est un peu symbolique, elle est conspuée. Ce dont j’ai peur, c’est que Barkhane, un jour, soit obligée de partir, non pas pour des raisons sécuritaires, non pas sur pressions sécuritaires, mais sur pressions populaires, parce que l’idée même de notre présence sera devenue insupportable aux yeux de la population. Et nous serons obligés de partir. Ce qui serait à mon sens dramatique parce qu’on sait bien ce qui se passerait à ce moment-là. Puis il y a peut-être une deuxième chose qu’on peut observer, mais qui est liée à tout cela : comme la population est désespérée et qu’elle constate que ces propres forces n’arrivent plus à la protéger, elles recrutent des milices, des milices qui sont armées bien sûr, qui ne sont absolument pas formées, qui sont totalement incontrôlées. Et cela, on sait où cela mène. Quand c’est bien instrumentalisé, ça mène à des affrontements interethniques. Et cela est dramatique.

Aujourd’hui, des États semblent comme tétanisés ?

Oui. En tout cas, c’est des stratèges qui constatent qu’on est dans un bourbier et puis qui n’arrivent pas à trouver de solution, si ce n’est à exploiter, à surajouter à la dimension militaire. Mais on sait que cela ne mène à rien. Ce n’est pas là la réponse. Donc ça n’avance pas. On ne sait pas comment arranger la situation.

« Alors la France doit repenser sa stratégie. Il faut laisser la place aux acteurs locaux », écrivez-vous. Que voulez-vous dire par là ?

Pour moi, il est évident que la situation au Sahel n’appartient qu’aux pays sahéliens et d’abord à eux. Il faut nous mettre ça dans la tête. C’est à partir de ça qu’on peut définir une nouvelle stratégie. Et cela demande à ce moment-là d’accepter quatre exigences : c’est d’abord de faire confiance, faire confiance à leur stratégie et pas à la nôtre ; ensuite, c’est de donner des moyens pour se remettre à niveau politique, sécuritaire, économique et social ; c’est d’accompagner ; enfin, c’est faire preuve de patience parce que ça va être très long.

Est-ce qu’il faut que la France retire ses combattants ou pas ?

Non, il ne faut pas que la France retire ses combattants, mais qu’elle les mette en deuxième rideau, c’est-à-dire qu’on soit en appui et non pas en première ligne.

Cela implique que les armées des pays concernés soient à la hauteur. Elles sont également critiquées pour leur inefficacité, les abus, la corruption, les exactions…

Donc, cela veut dire qu’au plan sécuritaire, il faut les aider à se mettre au niveau au même standard que nous : formations, équipements, moyens de projection, soutien. Il faut véritablement les aider. Puis, ça va être très long. Eux doivent imaginer reconquête militaire. On en est là. Ils ne tiennent plus le terrain. Personne d’ailleurs ne tient le terrain.

Est-ce qu’on a le temps de se donner vingt ans, trente ans, cinquante ans ?

Mais parce que vous raisonnez selon nos mentalités occidentales, l’immédiateté : on veut tout tout de suite. Ne rêvons pas. Vous avez vu la situation au Sahel. Cela va prendre beaucoup de temps. Il faut tout reconstruire. Il faut tout reconquérir. Il ne faut pas se leurrer. Puis là-dessus, dans l’équation, il faut également ajouter la pression démographique qui augmente, toute la criminalité organisée qui se passe dans ces zones-là, les trafics de drogue, les migrations clandestines, etc. C’est très compliqué. Mais il y a un moment où il va falloir vraiment s’y mettre parce que vu les bilans auxquels on est en train de s’habituer, cela va finir par une pression populaire qui sera intolérable et, à mon sens, justifiée.

En Afrique de l'Ouest, «l'État islamique accroît sa mobilité et son pouvoir»

Prix Nobel d'Abiy Ahmed: «Il a eu une sorte de récompense rétrospective»

«Congo Lucha» de Marlène Rabaud : «Ces jeunes savent que leur pays va mal»

Azali Assoumani, président des Comores: «Le contentieux avec la France s’apaise»

Afrique de l'Ouest: «Un journaliste doit toujours garder sa distance critique»

Maria Mashako (MSF): la rougeole en RDC, «il faut une bonne couverture vaccinale»

Mali: «Résister aux dérives de détournement du combat contre le terrorisme»

Soldats français morts au Mali: «Les groupes terroristes vont exploiter l'événement»

Bintou Keita (ONU): «Tout le monde est en train de demander quelque chose qui existe déjà»

«Il faut que notre conscience environnementale s'aiguise, c'est une histoire de survie»

Mohamed El Hacen Ould Lebatt (UA): «L’Afrique doit appartenir aux Africains»