rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Littérature sans frontières
rss itunes deezer

L'écrivain Jean-François Samlong, la voix des enfants oubliés de La Réunion

Par Catherine Fruchon-Toussaint

Jean-François Samlong est né en 1949 à La Réunion. Poète, il est aussi l'auteur d'une douzaine de romans dont La Nuit cyclone (Grasset, 1992, Prix Charles Brisset), L’Arbre de violence (Grasset, 1994, Prix de la Société des Gens de Lettres, Le Livre de Poche, 1996), Danse sur un volcan (Ibis Rouge Éditions, 2001), Le Nègre blanc de Bel Air (Éd. Le Serpent à Plumes, 2002), L’Empreinte française (Éd. Le Serpent à Plumes, 2005), Une guillotine dans un train de nuit (Gallimard, 2012), En eaux troubles (Gallimard, 2014), Hallali pour un chasseur (Gallimard, 2015).

Son nouveau roman qui redonne la parole aux enfants réunionnais exilés en France, a paru sous le titre Un soleil en exil  aux éditions Gallimard.

Couverture du roman de Jean-François Samlong ©Gallimard

«On ne nous aimait pas, enfermés dans un milieu clos, sans marques d'affection ni la possibilité de fixer des repères. Nous étions dans le même guêpier, égarés dans un tunnel ou une voie sans issue, et à mesure que nous avancions, la neige effaçait les empreintes de nos bottes pour prouver que nous n'existions pas.»
Dans chacun de ses romans, Jean-François Samlong ne cesse d'interroger la violence qui secoue La Réunion. Cette fois-ci, dans un style percutant et concis, il nous convie à découvrir l'histoire des enfants de la Creuse. En fait, une véritable tragédie s'est déroulée entre 1962 et 1984, avec l'exil forcé en métropole de plus de deux mille mineurs réunionnais. Mensonges. Fausses promesses. Trahisons. Harcèlement sexuel. Viols. Tentatives de suicide, et suicides. Séjours en hôpital psychiatrique. Une catastrophe invisible. Enfin, le 18 février 2014, l'Assemblée nationale a reconnu la responsabilité morale de l'État français dans la terrifiante transplantation des enfants. Ici, deux jeunes garçons, Tony et Manuel, et leur sœur courage, Héva, qui témoignent des vies séparées, suspendues, piégées au cœur du froid et du racisme."
(Présentation de l'éditeur)

L'écrivaine franco-rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse, 25 ans après le génocide des Tutsi

L'écrivaine franco-sénégalaise Fatou Diome se souvient du naufrage du Joola en 2002