rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

L'Irlande attire moins les touristes

Par Emeline Vin

La « lune de miel » de l’Irlande avec les touristes serait-elle sur le point de s’achever ? Les chiffres de l’industrie montrent un déclin depuis le début de l’année. Hôtels, restaurants, le dernier cri d’alarme concerne une moindre fréquentation des sites touristiques.

Il y aura 10% de visiteurs en moins cette année, selon les prévisions, pour les grands sites touristiques d’Irlande : le livre de Kells à Trinity College, la distillerie Guinness ou encore les falaises de Moher. L’Association nationale des attractions et des expériences visiteurs (National Association of Visitor Experiences and Attractions) regroupe 88 lieux touristiques à travers l’île. Elle dénonce, dans son rapport paru cette semaine, la hausse des coûts d’assurance. Les sites organisent de moins en moins d’événements originaux, trop chers à assurer, et perdent ainsi en fréquentation.

Ce n’est pas la première mauvaise nouvelle pour le tourisme irlandais. Les mois de juillet-août 2019 ont été moins bons qu’en 2018. En moyenne, 1% de visiteurs en moins sur le sol irlandais selon l’organisme national de statistiques, alors que les deux mois d’été représentent un quart du chiffre d’affaires du secteur.

La baisse peut paraitre anecdotique mais c’est le premier repli enregistré depuis sept ans.

À quoi est due cette crise ?

La hausse des coûts d’exploitation, la TVA a elle aussi augmenté : elle est passée cette année de 9 à 13 %, alors forcément les billets coûtent plus cher.

L’attractivité souffre, aussi, du manque d’infrastructures. À Dublin, notamment, le nombre d’hôtels ne suffit pas à répondre à la demande selon l’agence touristique nationale Failte Irelande. Il manquerait selon elle 1 000 chambres ! Or, la capitale est la principale porte d’entrée aérienne en république. S’il est difficile de se loger et de visiter Dublin, les touristes renoncent carrément à leur séjour en Irlande, estime Failte Irelande.

Et puis, comme souvent ici, le Brexit n’est jamais bien loin. Avec la chute de la livre, l’Irlande est devenue une destination onéreuse pour les touristes britanniques, qui sont de moins en moins nombreux à venir visiter l’île d’Emeraude. Or, les Britanniques représentent 40% des touristes d’Irlande.

N’y a-t-il que des mauvaises nouvelles pour le tourisme irlandais ?

Il y a de quoi relativiser. En effet, l’année 2018 a été particulièrement prolifique pour l’industrie, il n’est donc pas si anormal d’enregistrer une baisse cette année. Le marché des touristes européens, est lui resté stable.

L’été a été moins bon mais le printemps 2019, lui, a enregistré un record : +8% de touristes d’Amérique du Nord.

Cette année, un touriste sur quatre était américain ou canadien. Des touristes de qualité : comme le voyage est plus long, ils restent plus longtemps sur le territoire et fournissent un tiers des revenus liés au tourisme.

Par ailleurs, l’Irlande n’a pas encore exploré tous les marchés. Failte ireland tente aujourd’hui de séduire les visiteurs chinois, qui sont 200 millions à voyager chaque année autour du globe. Seuls 5% font le voyage en Irlande. Faite Ireland vient de lancer une formation pour apprendre à devenir « Chine-friendly ». Objectif : doubler le nombre de touristes chinois d’ici à 2025.

George Soros inaugure le campus de l’Université d’Europe centrale à Vienne

Amnistie des militaires britanniques: la promesse de campagne de Boris Johnson

Déchets nucléaires: bras de fer entre la Bosnie, la Croatie et la Slovénie